Version classiqueVersion mobile

Médecine(s) et santé

 | 
Laurence Monnais

Partie II. La médecine moderne à la rencontre des femmes, des fous et… des démunis

Chapitre 4. Sexe, genre et médicalisation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On dit souvent de la médecine moderne qu’elle est une médecine machiste. Ce qualificatif dont on l’affuble ne résulte pas seulement du fait qu’elle a longtemps été l’apanage des hommes. Elle serait par essence combattive, voire agressive. Trop radicaux dans leur approche, dirigistes, on accuse parfois le médecin et sa science d’être intimidants, froids, sans empathie. Reste que cette médecine table aussi beaucoup sur la prévention, une attitude souvent jugée féminine, presque maternelle. Il n’est pas question de discuter plus avant de ces étiquettes – y a-t-il d’ailleurs une réponse convaincante à apporter ? Cette entrée en matière veut d’emblée faire remarquer que le genre, et pas seulement le sexe, a eu un rôle à jouer dans la médicalisation moderne. Certaines historiennes féministes insistent ainsi sur une médecine qui serait une forme de domination masculine en cela qu’elle confine la femme à son rôle de procréatrice et lui prescrit des règles de vie qui lui sont réservées tout ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search