Version classiqueVersion mobile

Médecine(s) et santé

 | 
Laurence Monnais

Partie II. La médecine moderne à la rencontre des femmes, des fous et… des démunis

Introduction de la deuxième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On a vu la façon dont les fondations de la médecine moderne ont été érigées et les balises dont elle s’est, doucement mais sûrement, dotée à l’heure de la construction d’États-nations pour lesquels la bonne santé collective est devenue à la fois un objectif prioritaire à atteindre et une preuve de puissance. Qu’en est-il de ses mises en pratique ? Si le concept de médicalisation est élastique, la plasticité du processus auquel il renvoie constitue la trame de fond de ce deuxième acte. Il s’agira de cerner quelques lieux privilégiés de l’intervention médicale depuis le 19e siècle et, surtout, de comprendre comment la médecine a, dans un mouvement parfois simultané, participé à pathologiser certains groupes d’individus (les femmes, les fous, les migrants en plus des colonisés), (sur) médicalisé certains actes (l’accouchement) et comportements (sexuels, mais aussi le suicide ou la langueur), découvrant de multiples syndromes, tout en négligeant certaines raisons d’être de la « bonne » ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search