Version classiqueVersion mobile

Médecine(s) et santé

 | 
Laurence Monnais

Partie I. La fabrique d'un système médical

Chapitre 3. La globalisation d’un modèle, entre fantasme et réalité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 19e siècle ne fut pas seulement celui de l’avènement de la médecine et du médecin modernes. Il fut aussi, surtout dans sa deuxième moitié, celui de l’impérialisme moderne, des grands empires coloniaux. Et c’est de fait un synchronisme fort qui s’impose et va charrier dans son sillage les débuts d’une médicalisation globale, sous égide européenne. La science médicale, que l’on définit alors bien comme occidentale, va d’abord sous-tendre des actions de santé publique ciblées avant de former le socle de politiques (publiques) de santé qui vont s’inscrire au plus profond de l’exercice colonial. Tout en le justifiant : « la seule excuse de la colonisation, c’est la médecine », déclarera le maréchal Hubert Lyautey en 1926, en campagne au Maroc. La place de la médecine, et de la santé, dans l’histoire de l’expansionnisme occidental (et japonais, ne l’oublions pas, l’impérialisme nippon se calquant d’ailleurs sur les méthodes et les pratiques européennes en la matière) reste toutefois dé...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search