Version classiqueVersion mobile

Médecine(s) et santé

 | 
Laurence Monnais

Partie I. La fabrique d'un système médical

Chapitre 2. L’avènement de systèmes (publics) de santé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On a souvent l’impression que les médecins dont on vient de tirer le portrait sont les tenants d’un premier élan structuré d’institutionnalisation du champ de la santé. C’est là une vision a posteriori des choses. Dans la réalité des faits, ils n’en furent longtemps que des acteurs parmi d’autres, voire secondaires. Pour accéder au devant de la scène publique (et agir en santé publique), il leur fallut bien sûr régler l’épineuse question de leur professionnalisation et accéder à une notoriété visible et enviée. Il était tout autant nécessaire qu’ils se sentent collectivement concernés par l’hygiène publique, la prévention de masse. À l’heure de la publication du fameux Avis au peuple sur sa santé (1761) du Dr Auguste-Samuel Tissot (1728-1797), ce n’est pas encore le cas. Même si on en fait souvent l’origine d’un courant en médecine sociale, ce vade-mecum veut surtout faciliter l’autodiagnostic et l’automédication et prône, de façon somme toute périphérique, le suivi d’un certain nom...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search