Version classiqueVersion mobile

Histoire des pensionnats indiens catholiques au Québec

 | 
Henri Goulet

Chapitre 5. Le pensionnat de Pointe-Bleue (Mashteuiatsh), de 1960 à 1973

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le pensionnat de la réserve de Pointe-Bleue, connue sous le nom de Mashteuiatsh depuis 1985, est ouvert comme une annexe à celui d’Amos, qui avait été créé pour desservir principalement les enfants indiens des communautés algonquines de l’Abitibi et du Témiscamingue. Toutefois, dès son ouverture, on y comptait davantage de jeunes Atikamekw de la Haute-Mauricie que de jeunes Algonquins. Cette situation change lorsque le recrutement dans les communautés algonquines s’améliore. L’espace à Amos devient insuffisant et il faut déjà envisager une solution de rechange. Cette solution réside dans le transfert de la centaine de jeunes Atikamekw (surtout de Wemotaci et d’Obedjwan) dans un nouveau pensionnat, celui de Pointe-Bleue au Lac-Saint-Jean, à quelques kilomètres au nord de Roberval. Dernier pensionnat à ouvrir ses portes au Québec, il aura une existence relativement courte puisqu’il fermera après seulement 13 ans de services. En fait, il subit sensiblement la même évolution que les tro...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search