Version classiqueVersion mobile

Histoire des pensionnats indiens catholiques au Québec

 | 
Henri Goulet

Chapitre 4. Le pensionnat de Saint-Marc-de-Figuery (Amos), de 1955 à 1973

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les premières démarches en vue de l’ouverture du pensionnat d’Amos sont entamées vers la fin des années 1940, comme ce fut le cas pour celui de Sept-Îles. Ces actions se déroulent simultanément et, comme nous le verrons ici, sensiblement de la même façon. Comme à Sept-Îles, les premières démarches officielles sont enclenchées par l’évêque du lieu, Mgr Aldée Desmarais, mais sous l’entier contrôle des pères oblats. Rappelons que ces derniers sont présents dans la région depuis le milieu du 19e siècle, d’abord au Témiscamingue, puis en Abitibi et en Haute-Mauricie. Au milieu des années 1940, les oblats prennent résolument l’offensive pour combler ce qu’ils appellent le « retard du Québec » en matière d’éducation des enfants indiens. Ils reviennent constamment sur le fait que, comparativement au Canada anglais, il n’existe pas de pensionnat catholique au Québec – sauf celui de Fort George qu’on ne mentionne jamais –, qu’il s’agit d’une discrimination de la part du gouvernement fédéral e...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search