Version classiqueVersion mobile

Histoire des pensionnats indiens catholiques au Québec

 | 
Henri Goulet

Chapitre 3. Le pensionnat de Sept-Îles, de 1952 à 1971

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Contrairement à ce qui se passe au Canada anglais, l’implantation des pensionnats indiens catholiques au Québec relève principalement de la responsabilité des évêques et des pères oblats qui missionnent auprès des communautés autochtones depuis le milieu du 19e siècle. Comme nous le verrons dans ce chapitre, le cas de Sept-Îles est exemplaire à ce titre, et on peut dire qu’il est le premier véritable pensionnat au Québec

Paradoxalement, au moment de l’ouverture de ces nouveaux pensionnats au début des années 1950, le gouvernement fédéral est déjà en train de réviser sa politique et envisage des fermetures à court terme. Les pères oblats sont toutefois déterminés à ne pas céder l’éducation des enfants indiens au régime public. Leur présence centenaire dans les communautés autochtones les amène à prendre l’initiative en la matière. Ils sont présents au Témiscamingue, en Abitibi, ainsi que sur la côte ouest de la baie James. Dès 1844, trois ans après leur arrivée au Canada, ils sont déj...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search