Version classiqueVersion mobile

Histoire des pensionnats indiens catholiques au Québec

 | 
Henri Goulet

Chapitre 1. L'ouverture tardive des pensionnats indiens au Québec

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au Canada, tout au long des 19e et 20e siècles, le gouvernement fédéral a ouvert plus de 120 pensionnats indiens1. En 1948, au Canada, il en existait encore une centaine, dont deux seulement au Québec, situés dans le Grand Nord sur la côte est de la baie James à Fort George, aujourd’hui Chisasibi2. Comment expliquer une telle disparité ?

Avant la signature de la Convention de la Baie James et du Nord québécois (CBJNQ) en 1975, il n’y a pas eu, aux 19e et 20e siècles, de signature de traités avec les communautés autochtones du Québec, comme cela fut le cas en Ontario et, par la suite, dans les provinces de l’Ouest du Canada (voir la carte 1.1)3. Cette particularité mérite explication.

CARTE 1.1. Les traités signés au Canada

Image

Source : Ressources naturelles du Canada, 2007.

Les réserves au Québec sont récentes. En comparaison avec la situation en Ontario et dans les provinces de l’Ouest du Canada, les Autochtones du Québec connaissent une histoire passablement différente. Au...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search