Version classiqueVersion mobile

Gouvernance et planification collaborative

 | 
Olivier Roy-Baillargeon
, 
Michel Gariépy

Chapitre 2. La mobilité (urbaine) durable : un nouveau référentiel de l’action collective au Québec ?

Florence Paulhiac-Scherrer

Résumé

Ce chapitre évalue le changement de paradigme qui semble s’opérer au sein des politiques québécoises en matière de transport et de mobilité. La récente Stratégie nationale de mobilité durable propose de renouveler les pratiques et les modalités de l’action collective dans ces domaines. Pour mesurer l’ampleur du changement, nous utilisons l’approche des référentiels de politiques publiques (Jobert et Muller, 1987), qui permet de saisir les évolutions majeures des cadres et des contenus de l’action publique. Si la mobilité durable marque un nouveau paradigme de l’action publique au Québec, on peut repérer et analyser le contenu de ce nouveau référentiel et les innovations ou changements dont il est porteur. Cette analyse permet de tirer deux enseignements principaux. Le premier met en lumière les innovations avérées mais aussi embryonnaires au sein du référentiel de mobilité durable proposé par la Stratégie et suggère que le tournant paradigmatique de la mobilité durable reste à consolider. Le second concerne la portée et le rôle réels de la consultation publique au regard de la production de la Stratégie. Si sa portée apparaît limitée, les innovations produites par cet exercice particulier recèlent néanmoins un fort potentiel de créations substantielles pour les futures politiques de mobilité durable à promouvoir, notamment au niveau local.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’usage des termes « mobilité (urbaine) durable » dans les programmes politiques, nationaux ou locaux, s’observe en Europe comme en Amérique du Nord (Bourdages et Champagne 2012 ; Gauthier 2005). Cette nouvelle expression se substitue parfois aux termes « transports (urbains) », voire « transports durables », dans des domaines d’action publique qui, jusqu’à présent, fondaient leurs stratégies sur des objets essentiellement techniques (les réseaux et les infrastructures de transport, routiers ou collectifs). Ainsi, au Québec, le concept de mobilité durable est effectivement ancré dans plusieurs stratégies publiques, tant provinciales que locales. La mobilité durable y est généralement présentée comme une condition gagnante du développement des territoires et comme un horizon à atteindre. Mais qu’est-ce qui se cache derrière de telles évolutions sémantiques de l’action publique ? Dans plusieurs contextes urbains, derrière les mots, d’autres évolutions sont également observées : celles...

Auteur

Florence Paulhiac-Scherrer (paulhiac.florence@uqam.ca) est professeure au Département d’études urbaines et touristiques à l’Université du Québec à Montréal. Elle détient des diplômes en science politique et en urbanisme de l’Université de Bordeaux, et un doctorat en études urbaines de l’INRS-UCS. Elle est titulaire de la Chaire In. SITU sur les innovations en stratégies intégrées transport-urbanisme.

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search