Version classiqueVersion mobile

Discriminations et accès aux soins en Guyane française

 | 
Estelle Carde

Chapitre 3. La différenciation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On a dessiné, dans le chapitre précédent, la figure de l’usager du système de soins qu’un professionnel qui s’estime « autochtone » juge illégitime du seul fait qu’il « vient d’ailleurs », que cet ailleurs soit un pays étranger ou une altérité ethnoraciale... Scénario « classique », si l’on peut dire, du rejet de l’altérité perçue, et que l’on observe sur bien des terrains. Mais la Guyane donne aussi à voir un scénario plus inhabituel, celui de professionnels qui ne revendiquent aucune autochtonie, voire même qui se reconnaissent comme des intrus. Cette perception de venir soi-même d’ailleurs peut-elle conduire à des pratiques discriminatoires ? Et si oui, comment ? Si la partie précédente analysait des processus également observés en métropole, le cas de figure qui nous intéresse désormais est plus spécifique à la Guyane.

Ces professionnels qui, eux-mêmes, « viennent d’ailleurs », sont métropolitains. Ils sont souvent jeunes, fraîchement diplômés, attirés en Guyane par la possibilit...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search