Version classiqueVersion mobile

Consolidation de la paix et fragilité étatique

 | 
Jocelyn Coulon
, 
Damien Larramendy

Partie 2. Le cas de la République centrafricaine

Chapitre 7. L’incapacité de l’État à imposer son autorité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

République centrafricaine : anatomie d’un État fantôme1.
Rapport de l’ICG, 2007

La RCA est placée sur la liste des États fragiles, sinon « faillis », par l’ensemble des indicateurs mondiaux. D’autres vont plus loin. Selon l’ICG, « la République centrafricaine est pire qu’un État failli : elle est quasiment devenue un État fantôme, ayant perdu toute capacité institutionnelle significative » à assurer sa sécurité et celle de sa population et à accompagner sinon stimuler le développement social et économique du pays.

Cette situation repose sur un ensemble de problèmes aux causes internes et externes d’une grande complexité et dont il est difficile de tracer la cartographie exacte. Toutefois, la fragilité étatique est liée à trois types de déficit : un déficit sécuritaire, un déficit de gouvernance, et un déficit développemental. Nous avons déjà abordé les deux premiers déficits. Dans cette partie, nous traçons un bilan des programmes visant à relancer le développement économique du pays. ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search