Version classiqueVersion mobile

Consolidation de la paix et fragilité étatique

 | 
Jocelyn Coulon
, 
Damien Larramendy

Partie 2. Le cas de la République centrafricaine

Chapitre 5. Un déficit de gouvernance démocratique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

– C’est quoi le mal centrafricain ?
– C’est le manque de patriotisme et de sens de l’État1.

La RCA est un État fragile. Comme nous l’avons décrit au début de cet ouvrage, cette fragilité étatique est liée à trois types de déficit : un déficit sécuritaire qui intervient lorsqu’un État perd le monopole de la violence légitime sur son territoire ou lorsque cet État use de son monopole pour exercer ses fonctions régaliennes de manière abusive ; un déficit de gouvernance qui se traduit par la non-représentativité des gouvernants et par leur illégitimité ; et un déficit développemental qui s’illustre par l’incapacité de l’État de pourvoir aux services essentiels.

Les prochains chapitres abordent chacun de ces déficits tour à tour en commençant par celui de la gouvernance démocratique. À cet égard, le présent chapitre rappelle le contexte de la mal gouvernance jusqu’en 1990 au moment du discours de La Baule du président français sur la nécessaire démocratisation des pays d’Afrique francophone...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search