Version classiqueVersion mobile

Se dire arabe au Canada

 | 
Houda Asal

Quatrième partie. L'affirmation politique (1967-1975)

8. Militer dans un climat de suspicion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au 9e congrès de la FCA à Toronto en mai 1975, deux questions orientent les résolutions votées en vue du travail futur de la FCA. D’une part, la nécessité pour les représentants arabes d’établir et de renforcer les contacts avec les responsables politiques canadiens afin d’influencer la politique étrangère du pays. D’autre part, la réponse à apporter aux témoignages de surveillance signalés par des représentants associatifs. Parallèlement à la suspicion qui exacerbe un sentiment d’insécurité et de peur, la FCA doit affronter des campagnes médiatiques relevant de la diffamation, en lien avec des accusations de terrorisme.

Affaires troubles et surveillance policière

Au début des années 1970, plusieurs affaires secouent la scène associative arabe et attirent l’attention de la FCA. Trois d’entre elles commencent par inquiéter la Fédération : en novembre 1974, les voitures de militants arabes sont arrêtées et fouillées à la frontière entre le Canada et les États-Unis ; le 12 décembre 1974,...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search