Version classiqueVersion mobile

Se dire arabe au Canada

 | 
Houda Asal

Troisième partie. Les années de transition (1950-1967)

6. Des mobilisations politiques fragmentées

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Durant la période d’implantation, les associations se disaient tantôt « syriennes », tantôt « syriennes-libanaises », « libanaises » ou « arabes ». Les nouvelles associations des années 1950 se disent plus souvent exclusivement « libanaises ». La majorité de l’immigration arabe au Canada étant originaire du Liban, c’est la dénomination nationale qui prévaut, la distinction entre Syriens et Libanais devenant plus nette. À l’instar de la période précédente, la plupart des organisations ajoutent l’adjectif « canadien » au qualificatif choisi. La CAFL de Massoud avait été la première à choisir l’arabité comme référent principal. Dans les années 1950-1960, de nouvelles organisations font le même choix. Le qualificatif « arabe » reflète une volonté d’inclusion et permet de dépasser les clivages religieux et nationaux. Cependant, alors que les courants de pensée nationalistes redéfinissent l’unité de la région et leurs positions politiques autour d’une identité arabe commune, les nouveaux ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search