Version classiqueVersion mobile

Se dire arabe au Canada

 | 
Houda Asal

Troisième partie. Les années de transition (1950-1967)

5. La difficile recomposition du monde associatif

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La croissance économique, les besoins démographiques et la difficulté de maintenir un système de sélection fondé sur des critères « raciaux » entraînent une ouverture progressive des frontières, même si entrer au Canada n’est pas considéré comme un droit, mais un privilège1. La sélection est marquée par un impératif utilitaire qui cible les migrants « désirables » pouvant répondre aux besoins économiques du pays et s’adapter rapidement. L’assimilabilité de ces nouveaux venus demeure un critère de sélection, et le Canada n’encourage pas l’immigration de personnes venant d’Asie, parce que leur culture rendrait leur intégration difficile. Cependant, les nouvelles lois des années 1950, puis celles de 1962, permettent un changement progressif du système de sélection migratoire canadien. On passe de la légitimité de sélectionner selon des critères « raciaux » à une sélection plus rationnelle, liée au « niveau » et à la « qualité » des migrants, selon des critères de qualification, de comp...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search