Version classiqueVersion mobile

Se dire arabe au Canada

 | 
Houda Asal

Deuxième partie. La période d'implantation (1930-1950)

4. La lutte contre les législations migratoires antiasiatiques

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La première action politique menée par des organisations arabes pour défendre leurs droits au Canada, déjà évoquée plus haut, est la lutte dans la province du Québec pour faire annuler la taxe imposée aux enfants syriens orthodoxes par les commissions scolaires durant les années 1920. La deuxième mobilisation s’oppose aux lois migratoires restrictives, menée entre les années 1910 et 1950. Rappelons que les « Syriens » étaient visés par trois lois : le « règlement de voyage sans interruption » de 1908, qui exige de tout immigrant d’arriver au Canada sans escale avec un billet acheté dans son pays d’origine ; le P. C. 926 de 1910, qui oblige tout immigrant d’« origine asiatique » à posséder 200 $ à son arrivée au Canada (somme qui passera à 250 $) ; et le P. C. 2115 de 1930, interdisant l’admission au Canada de tout migrant de « race asiatique », excepté les épouses et les enfants mineurs (non mariés de moins de 18 ans) de citoyens canadiens ou de résidents pouvant subvenir à leurs be...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search