Version classiqueVersion mobile

Se dire arabe au Canada

 | 
Houda Asal

Première partie. Le temps des pionniers (1882-1930)

2. Ces pionniers, des aventuriers

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les allers-retours et les relations importantes entre migrants arabes de part et d’autre de la frontière nord-américaine expliquent qu’un certain nombre de pionniers passent par une ville étasunienne avant de s’établir au Canada, l’inverse étant également possible. Ainsi, toutes les sources affirment que le premier migrant en provenance de la région arabe arrive à Montréal en 1882, après un court séjour à New York. Cette information s’appuie sur un récit d’Elias Karam datant de 1935, lui-même descendant de pionniers arrivés à la fin du XIXe siècle. Il raconte comment Ibrahim Bounadère, dont le nom est désormais célèbre en tant que premier migrant du Machrek, est arrivé à Montréal en 1882, de Zahlé (ville du Liban actuel). Il aurait décidé de venir à Montréal, ayant entendu dire qu’on y parlait français, langue qui lui était plus familière que l’anglais. La même année, Peter Tady et son père s’installent à Montréal, puis c’est au tour de Joseph Jebawy en 1883. Karam affirme qu’il n’a...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search