Version classiqueVersion mobile

Se dire arabe au Canada

 | 
Houda Asal

Première partie. Le temps des pionniers (1882-1930)

1. Les départs de l’Empire ottoman vers les Amériques

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Khalil Gibran, sans doute le plus célèbre des migrants arabes américains, demeure une figure emblématique de la première génération de pionniers qui s’installe en Amérique du Nord. Sa mère immigre aux États-Unis en 1895 alors que Khalil a 12 ans. Étant seule, elle exerce d’abord le métier de colporteur, comme beaucoup de migrants de cette première vague. Khalil Gibran deviendra un auteur internationalement connu grâce à son ouvrage, Le prophète, publié en 1923. Il sera même célébré au Canada pour rendre hommage à la « communauté libanaise du pays », donnant son nom à une rue de Montréal, inaugurée en septembre 2008. Les migrants qui quittent l’Empire ottoman dans les années 1860 prennent souvent le bateau en direction d’Amerka, sans savoir dans quel pays d’Amérique ils se rendent. Après une escale en Europe, par exemple en France, nombre d’entre eux arrivent à Ellis Island, restent à New York ou se déplacent vers une autre ville des États-Unis. Le premier migrant arabe connu, qui at...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search