Version classiqueVersion mobile

Se dire arabe au Canada

 | 
Houda Asal

Première partie. Le temps des pionniers (1882-1930)

Le temps des pionniers (1882-1930)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« À l’opposé des arbres, les routes n’émergent pas du sol au hasard des semences. Comme nous, elles ont une origine. Origine illusoire, puisqu’une route n’a jamais de véritable commencement ; avant le premier tournant, là derrière, il y avait déjà un tournant, et encore un autre. Origine insaisissable, puisqu’à chaque croisement se sont rejointes d’autres routes, qui venaient d’autres origines. S’il fallait prendre en compte tous ces confluents, on embrasserait cent fois la Terre ».
Amin Maalouf, Origines, 2004.

Écrire la genèse de l’immigration arabe au Canada implique de prendre en compte la région d’origine, le pays d’établissement, et entre les deux, les différentes routes qui ont amené les migrants à s’installer dans ce vaste territoire du nord de l’Amérique. En suivant la trace de ces pionniers, on mesure l’ampleur de ce grand mouvement migratoire qui a poussé des dizaines de milliers de personnes à quitter les montagnes et les villes de la Grande Syrie pour s’établir dans l’ens...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search