Version classiqueVersion mobile

Lectures nietzschéennes

 | 
Martine Béland

Partie II. Lire Nietzsche : réception en Europe

Chapitre 11. C. G. Jung lecteur de Zarathoustra : penser l’individuation chez Nietzsche

Élodie Boublil

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans une lettre adressée à Arthur W. Rudolph et datée du 5 janvier 1961, Carl Gustav Jung écrit : « L’acuité psychologique omniprésente de Nietzsche m’a donné une compréhension profonde de ce que la psychologie est capable de faire. Pour résumer, Nietzsche représentait pour moi l’unique homme de cette époque qui a donné des réponses adéquates à certaines questions urgentes, lesquelles étaient plus senties que pensées1. » Un tel aveu du psychanalyste atteste l’importance du philosophe pour l’élaboration de son œuvre, comme il invite à percevoir l’écho des « questions » et des « réponses » formulées par ce dernier au sein des travaux de Jung. Deux caractéristiques apparaissent d’emblée comme décisives : l’urgence, d’une part, mais aussi le caractère « senti » des questions et des réponses apportées par Nietzsche au problème de son temps. Elles représentent une sorte de ligne de partage dans la manière dont Nietzsche et Jung abordent, respectivement, les problèmes du Soi individuel et ...

Auteur

Diplômée de Sciences Po (Paris) et docteure en philosophie de l’Université McGill à Montréal (Canada)

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search