Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre 10. La première réception française de Nietzsche et l’apport de la philosophie de l’émigration

p. 313-335


Extrait

1La réception française de Nietzsche, traitée dans la savante reconstruction historique de Jacques Le Rider, offre des idées dignes d’être approfondies, surtout en ce qui concerne la nature philosophique de sa première phase. En synthétisant de façon extrême le panorama, on peut dire que ce dernier est caractérisé par la présence simultanée de facteurs d’hostilité et, en même temps, d’accueil favorable. (1) Pendant la Troisième République, la philosophie universitaire présente une orientation presque exclusivement néokantienne, dont l’intérêt envers le primat du devoir et de l’éthique empêche l’acceptation de théories tragiquement critiques par rapport à la morale, comme celles de Nietzsche. Pour ce motif, ce dernier est snobé précisément par le corps universitaire et, par contre, accepté par des milieux externes à l’université, réfractaires à la « philosophie officielle ». (2) Si la première traduction en français (Richard Wagner à Bayreuth, 1877) était dictée par un intérêt i

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques qui l’ont acquis dans le cadre de l’offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.