Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectures nietzschéennes

 | 
Martine Béland

Partie II. Lire Nietzsche : réception en Europe

Chapitre 9. Le « Nietzsche français » : déconstruction d’un « lieu disputé »

Laure Verbaere

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le « Nietzsche français » est né il y a une quinzaine d’années environ quand sont apparues les premières études sur l’histoire de la réception de Nietzsche en France à l’échelle du siècle écoulé1. Et ce n’est pas une coïncidence. Il doit en effet beaucoup aux nouvelles approches méthodologiques de la réception : abandon de la notion d’influence, de vérité du texte au profit de l’importance du rôle du lecteur qui exerce sur le texte toutes sortes de déformations, surinterprétations… Il emprunte aussi beaucoup à la théorie des transferts culturels qui admet qu’un auteur étranger devient en se diffusant un « autre » à la suite de toute une série d’interactions. En ce sens, il existe un Nietzsche français de même qu’il existe un Nietzsche italien, un Nietzsche japonais, etc.

Cependant, il doit aussi beaucoup aux travaux qui ont trouvé une cohésion dans une réception qui n’est, a priori, qu’une accumulation et une succession de lectures individuelles. Si l’exercice s’est révélé difficile,...

Auteur

Docteure en sciences sociales de l’Université de Nantes, enseignante spécialisée et chercheure indépendante (France)

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540