Version classiqueVersion mobile

Lectures nietzschéennes

 | 
Martine Béland

Partie II. Lire Nietzsche : réception en Europe

Chapitre 8. La volonté de puissance en tant que volonté d’illusion

Hans Vaihinger et l’interprétation néokantienne de Nietzsche

Carlo Gentili

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au cours des dernières décennies, les études nietzschéennes ont souligné de plus en plus le rôle de Kant dans la formation de la pensée de Nietzsche. Malgré la position critique prise par Nietzsche par rapport à la philosophie kantienne, les fondements de cette critique font entrevoir une confrontation étroite et continue. Josef Simon, par exemple, a démontré comment la critique de Nietzsche partait de la position même de Kant et, en particulier, de la conclusion que les affirmations sur la vérité formulées dans le cadre de la raison théorétique ne peuvent être confirmées que dans le cadre de la raison pratique. Comme le remarque Simon, la manière dont Kant présente le critère de vérité par rapport à l’agir permet de « mieux comprendre Nietzsche également1 », puisque pour Nietzsche, tout comme pour Kant, c’est l’« efficacité » (Wirksamkeit) d’un concept – c’est-à-dire son consentement ou non à l’action – qui détermine sa vérité, laquelle perd alors sa dimension métaphysique. Friedri...

Auteur

Professeur en esthétique au Département de philosophie de l’Université de Bologne (Italie)

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search