Version classiqueVersion mobile

Lectures nietzschéennes

 | 
Martine Béland

Partie II. Lire Nietzsche : réception en Europe

Chapitre 7. Nietzsche vu d’Europe

Une réception à distance (1872-1885)

Martine Béland

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Espérons que l’« Europe » se montrera plus favorable que l’« Allemagne ».
Lettre de Nietzsche à Schmeitzner, 2 févr. 1877

Nietzsche était un expatrié. Heimatlos, celui qui n’est plus citoyen allemand à compter du 17 avril 18691 a écrit la plus grande partie de son œuvre à l’extérieur de l’Allemagne. C’est cet Européen qu’on souhaite retrouver dans ce chapitre, par l’entremise de certaines lectures et interprétations de ses écrits par ses contemporains germanophones qui le lisaient selon une perspective extérieure à l’Allemagne. La réception de son œuvre, en effet, n’a pas commencé en terre germanique. Au printemps 1872, quatre mois après la parution de Die Geburt der Tragödie, son premier livre, Nietzsche se réjouit : « La première recension de mon livre est parue et elle est bonne. Mais où ! Dans la Rivista europea italienne ! Voilà qui est beau et symbolique2 ! » L’enthousiasme de Nietzsche est révélateur, comme on le montrera, car Nietzsche n’est pas qu’un auteur d’origine prussien...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search