Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectures nietzschéennes

 | 
Martine Béland

Partie I. Nietzsche lecteur : quelques sources

Chapitre 6. « La pharmacologie, non la science de la thérapeutique elle-même »

L’utilisation de l’histoire chez Nietzsche et Burckhardt

Patrick Wotling

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La question que nous voudrions examiner ici concernera le rapport de Nietzsche à son collègue et ami de Bâle, Jacob Burckhardt, relativement à la compréhension de l’histoire, et plus encore à l’utilisation originale qu’elle peut susciter.

La pensée de Burckhardt constitue à coup sûr l’une des références intellectuelles les plus marquantes pour la formation de l’univers nietzschéen, l’une des plus durables et l’une des plus influentes, si tant est que le terme d’influence permette de cerner la nature du dialogue si original qui nourrit la méditation de Nietzsche. On sait que les deux hommes se rencontrent à l’occasion de l’élection de Nietzsche à l’Université de Bâle, au tout début de la carrière de celui-ci ; on se souvient aussi que l’auteur d’Ainsi parlait Zarathoustra, si prompt à critiquer, voire à railler de façon mordante les universitaires, continue d’exprimer son admiration respectueuse pour Burckhardt jusque dans ses tout derniers textes, y compris dans les billets qu’il réd...

Auteur

Ancien élève de l’École normale supérieure, professeur à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (France) et directeur du GIRN

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540