Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre 1. Pourquoi et en quel sens « lire Platon » ?

Nietzsche, héritier et lecteur de Platon

p. 41-64


Extrait

1Nietzsche recommande à plusieurs reprises à ses lecteurs de « lire Platon1 », et parfois aussi, à propos de questions particulières sur lesquelles nous aurons ici à revenir, de l’« écouter2 ». À plusieurs reprises également, il décrit Platon comme l’un des quelques penseurs avec lesquels il entretient un rapport non seulement intellectuel, mais aussi personnel et vivant. Platon serait, comme l’indique l’aphorisme final des Opinions et sentences mêlées, intitulé « La descente à l’Hadès », l’un de ses plus importants interlocuteurs, l’un de ces rares philosophes qui, quoique depuis longtemps disparus, demeurent à ses yeux plus vivants que les vivants eux-mêmes, et auxquels il entend – tel Ulysse descendu aux Enfers accomplissant un sacrifice avant de pouvoir s’adresser aux âmes des disparus – immoler son « propre sang » afin de pouvoir dialoguer avec lui, et de se faire par lui « donner tort ou raison3 ». Ce sacrifice, et ainsi ce « lien du sang » qu’évoque cet aphorisme, préfig

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques qui l’ont acquis dans le cadre de l’offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.