Version classiqueVersion mobile

Tradition antique et tolérance moderne

 | 
Raymond Klibansky

IV. Regards rétrospectifs

À l’occasion du cinquantième anniversaire de la Nuit de Cristal

Note de l’éditeur

Paru en allemand sous le titre « Zur fünfzigsten Wiederkehr der Pogromnacht », in Trumah, Zeitschrift der Hochschule für Jüdische Studien, Heidelberg, vol. 3, 1992, p. 1-13 (traduction de Christian Roy). Ce texte débutait par une adresse au recteur de l’Université de Heidelberg, au recteur de l’École d’études juives de Heidelberg et au public. Voir aussi le texte « L’université allemande dans les années trente. Notes autobiographiques » publié in Philosophiques, vol. 18, n° 2, 1991, p. 139-157. Cette conférence, aujourd’hui accessible en ligne, prononcée par Raymond Klibansky à l’Université du Québec à Montréal en avril 1991 à l’occasion de l’attribution qui lui fut faite par cette université de la « Reconnaissance de mérite scientifique » présente, avec quelques variations, beaucoup de points communs à ceux développés ici dans son université d’origine.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À cette date, il y a cinquante ans, les paroles du Psalmiste vinrent à l’esprit de plus d’un, là où il dit :

il a tout saccagé, l’ennemi, au sanctuaire.
Dans le lieu de tes assemblées ont rugi tes adversaires,
ils ont mis leurs insignes au fronton de l’entrée,
des insignes qu’on ne connaissait pas.

Leurs cognées en plein bois, abattant les vantaux,
et par la hache et par la masse ils martelaient ;
ils ont livré au feu ton sanctuaire,
profané jusqu’à terre la demeure de ton nom.

Ils ont dit en leur cœur : « Écrasons-les d’un coup ! »
Ils ont brûlé dans le pays tout lieu d’assemblée sainte.
Nos signes ont cessé, il n’est plus de prophètes,
et nul parmi nous ne sait jusques à quand1.

Ce qui arriva alors et ce qui se produisit par la suite, comment cela fut-il même possible ? Je ne me sens pas à la hauteur pour parler de l’horreur de ces événements ou même pour les interpréter historiquement. Il y a des limites à ce qui peut se dire.

Suivant l’amical appel de Monsieur le Recteur de l’École supérieure...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search