Version classiqueVersion mobile

Tradition antique et tolérance moderne

 | 
Raymond Klibansky

III. Tolérance et liberté

Le trésor de Kandahar

Note de l’éditeur

Paru dans Librarium, Revue de la Société suisse des Bibliophiles – Zeitschrift der schweizerischen Bibliophilen Gesellschaft, vol. I, 2002, p. 38-40.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le nom de Kandahar est devenu familier à tous ceux qui suivent les douloureux événements d’Afghanistan. La conquête de cette ville, qui fut la citadelle des talibans, constitua un jalon majeur dans le conflit qui a déchiré le pays. À côté de la catastrophe humanitaire qui préoccupe les organismes d’aide un peu partout dans le monde, la guerre représente également une catastrophe culturelle. La destruction de trésors préislamiques d’une immense valeur culturelle et spirituelle comme les deux Bouddhas à Bamiyan a soulevé l’indignation générale et a été vivement condamnée par le Directeur général de l’Unesco. Cette organisation s’est déclarée décidée à continuer sa mobilisation pour sauvegarder le reste du patrimoine culturel afghan.

Il faut espérer que le sort d’un autre trésor moins connu, mais tout aussi important, est également au centre de ses préoccupations. Il s’agit d’une inscription rupestre en grec et en araméen, gravée sur l’ordre de l’empereur Aśoka (Fig. 5)1.

La vie de cet e...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search