Version classiqueVersion mobile

Tradition antique et tolérance moderne

 | 
Raymond Klibansky

III. Tolérance et liberté

La correspondance inconnue de Leibniz avec des savants et des hommes de lettres anglais

Note de l’éditeur

Paru en anglais sous le titre « Leibniz’s Unknown Correspondence with English Scholars and Men of Letters », in Medieval and Renaissance Studies, vol. 1, Londres, 1941-1943, p. 133-149 (traduction de Martine Béland). Sauf indication contraire, les références aux œuvres de Leibniz sont indiquées comme suit :
Brief. Math.: Briefwechsel von Leibniz mit Mathematikern, éd. C.J. Gerhardt, Berlin, 1899.
Leibniz und Hessen-Rheinfels: Leibniz und Landgraf Ernst von Hessen-Rheinfels, éd. Rommel, Francfort, 1847.
Opera: Opera Omnia, éd. Dutens, Genève, 1768.
Philos. Schr.: Philosophische Schriften, éd. Gerhardt, Berlin, 1890.
Werke: Die Werke von Leibniz, éd. O. Klopp, Hanovre, 1884.
Gesam. Werke: Leibnizens Gesammelte Werke, éd. G.H. Pertz, Hanovre, 1859.
Leibniz Russland : Leibniz in seinen Beziehungen zu Russland, éd. W. Guerrier, Saint-Pétersbourg, 1873.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il m’a tousjours paru, qu’il n’y a guerres de nation dont les esprits ayent des vues plus grandes et plus belles que les Anglois.
Leibniz à Burnett de Kemney,
juillet 1696

I

Qui me non nisi editis novit, non novit / « Celui qui ne me connaît que par ce qu’on a publié de moi ne me connaît pasa. » Cette remarque de Leibniz à Placcius peut encore qualifier ses relations avec ses contemporains anglais.

Parmi les collections de manuscrits de la Bibliothèque bodléienne, formées au XVIIe siècle et au début du XVIIIe, se trouvent un certain nombre d’originaux des lettres que Leibniz écrivit à des savants d’Oxfordb. Certaines ont été publiées, surtout à partir des copies conservées à la Provinzial-Bibliothek de Hanovre, mais la grande majorité d’entre elles reste inconnue.

La plupart de ces lettres sont adressées au Dr Thomas Smith, « très sçavant homme, et auteur de plusieurs excellents livresc », qui était naguère membre et vice-président du Magdalen College, puis bibliothécaire de Sir John Cott...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search