Version classiqueVersion mobile

Tradition antique et tolérance moderne

 | 
Raymond Klibansky

II. De l'Antiquité à la Renaissance

Les aventures de la mélancolie

Note de l’éditeur

Texte d’une conférence donnée à l’université de Bologne paru en italien sous le titre « Le avventure della malinconia », in Dianoia, n° 1, sept. 1996, p. 11-27 (traduction de Philippe Despoix et Barbara Agnese). De cette conférence, il existe également une variante allemande, donnée à l’université de Heidelberg en 1998, qui inclut d’autres références à des auteurs germanophones – de Goethe à Trakl. Ce document dactylographié de 24 pages se trouve dans les papiers de la succession Klibansky au Deutsches Literaturarchiv de Marbach (boîte VI, 1, dossier 6).

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un grand maître de l’université de Bologne, Guido Faba, écrivait au début du XIIIe siècle : « L’amour divin, de même qu’il avait fait de saint Pierre le gardien des clés en lui donnant le pouvoir de punir et d’absoudre, a aussi voulu voir Bologne exceller dans l’art de la rhétorique : “Bononia qui mérite d’être appelée bona omnia1 », c’est-à-dire bonne sous tous les rapports, alors qu’elle s’était déjà vue confier les assises d’autres domaines du savoir. Que Bologne ait été mère et souveraine de toute connaissance, affirmait-il, était la volonté de la providence divine, laquelle avait conféré à la ville le privilège d’être « la source de toute lumière intellectuelle jusqu’à la fin des temps2 ». Guido voit ce don comme un acte juridique, comme une donation notariée, scellée par la signature de tous les anges et avec l’approbation de la troupe des hôtes célestes. C’est pour cette raison qu’il enjoint aux maîtres et aux étudiants de ne jamais abandonner Bologne : un tel abandon revien...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search