Version classiqueVersion mobile

Tradition antique et tolérance moderne

 | 
Raymond Klibansky

II. De l'Antiquité à la Renaissance

Néoplatonisme et christianisme

Note de l’éditeur

Paru en anglais sous le titre « Neoplatonism and Christianity », in Archivio di filosofia, vol. 52, 1984, p. 591-594 (traduction de Martine Béland).

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Toute enquête philosophique présuppose une prise de position et commence effectivement par là. Or, comment décide-t-on du type de position que l’on doit prendre ? Et comment décide-t-on où la prendre ? Existe-t-il une règle obligatoire à laquelle le philosophe pourrait conformer sa décision ? Non. Existe-t-il une perspective extérieure à sa philosophie, en fonction de laquelle il pourrait démontrer la nécessité de sa position ? Non plus.

Néanmoins, une chose est certaine : le philosophe ne prend position ni dans un vide, ni n’importe où, ni n’importe quand, ni toujours, mais bien ici et maintenant. Sa position n’est pas, et ne peut être, indéterminée. Elle est prise dans une situation définie, conditionnée de différentes manières (bien que jamais strictement déterminée) par tous les facteurs qui constituent la situation du philosophe – et, par-dessus tout, par la langue qu’il parle, par les concepts dont il a hérité et par la tradition au sein de laquelle il a été formé, consciemment...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search