Version classiqueVersion mobile

Tradition antique et tolérance moderne

 | 
Raymond Klibansky

II. De l'Antiquité à la Renaissance

Kairos et théologie de l’histoire

Note de l’éditeur

Texte inédit dont le tapuscrit de 13 pages en français se trouve dans les papiers de la succession Raymond Klibansky (boîte XXIV, dossier 1) au Deutsches Literaturarchiv Marbach (Archives allemandes de littérature de Marbach). Il s’agit du texte d’une conférence donnée à Rome en janvier 1971, lors du colloque organisé par le Centre international d’études humanistes et par l’Institut d’études de Rome aux soins d’Enrico Castelli sur le thème « La théologie de l’histoire ». Cf. Révélation et histoire, Actes du colloque, E. Castelli (dir.), Paris, Aubier Montaigne, 1971, p. 7 : « Dans la séance de clôture, Raymond Klibansky a développé le thème initial sur le Kairos et la Théologie de l’histoire. Les deux illustrations signalées par l’orateur, et reproduites ici, figurent aux pages 8 et 9 des actes. » (Le texte original est sans titre, la mention manuscrite « Kairos. Quelques mots sur le concept de kairos » est ultérieure et date de 1996 pour une éventuelle publication dans Diogène qui n’aboutit pas.)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image

Fig. 1 : Le jeune dieu Kairos représenté suivant le schéma de la statue de Lysippe. Bas-relief de l’époque de l’Empire (Musée de Turin)

Quelques mots d’abord sur le concept de kairos, qui indique l’instant privilégié et aussi, pour les Grecs du Ve siècle, un dieu. Plus tard, le mot ne vise plus le dieu et se borne à l’indication du moment ; au Ve siècle, il joue un rôle très important. On le retrouve chez tous les écrivains : kairos esti, avec l’infinitif, c’est le moment d’agir ; pro kairou, chez les tragédiens, c’est prématurément ; aneu kairou, chez Platon, c’est sans le kairos dans un passage très important de la VIIe Lettre1, c’est-à-dire : à contre-temps. Les kairoi sômatôn, dans la Politique d’Aristote2, c’est le moment favorable pour le développement du corps, quand le corps est dans sa première fraîcheur, le temps de la jeunesse. Le kariou parienai, c’est très grave, c’est laisser passer le kairos. Au pluriel, hoi kairoi, dans la République de Platon3, ce son...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search