Version classiqueVersion mobile

Tradition antique et tolérance moderne

 | 
Raymond Klibansky

I. Philosophie et histoire

Le caractère philosophique de l’histoire

Note de l’éditeur

Paru sous le titre « The Philosophical Character of History » comme contribution aux mélanges offerts à Ernst Cassirer pour son soixantième anniversaire et publiés, sous la direction conjointe de R. Klibansky et de H.J. Paton, Philosophy and History. Essays presented to Ernst Cassirer, Oxford, Clarendon Press, 1936, p. 323-337 (réédité avec une bibliographie augmentée, New York, Harper & Row, 1963). Rédigé d’abord en allemand, ce texte fut traduit en anglais par D.R. Cousin de l’Université de Glasgow. Il s’agissait de la conférence inaugurale (Antrittsvorlesung) intitulée Der philosophische Charakter der Historie et prononcée par Klibansky devant la Faculté de philosophie de l’Université de Heidelberg le 9 juillet 1932 pour accéder au grade de Privatdozent. Inédit, le tapuscrit original se trouve dans les archives de la collection Raymond Klibansky au département des Livres rares et collections spéciales de la Bibliothèque de l’Université McGill de Montréal. (Nous remercions Mme Jillian Tomm de l’avoir retrouvé pour nous et de nous avoir permis de le consulter. Traduit de l’anglais, avec référence au texte allemand, par Georges Leroux.)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image

Première page de la conférence inaugurale de Raymond Klibansky présentée à l’université de Heidelberg en juillet 1932 (Bibliothèque de l’Université McGill, Montréal)

I

La prédominance croissante des forces de la connaissance, forces qui séparent, sur les forces de la foi, qui elles unifient, a conduit à un relâchement de la hiérarchie rigide de tous les domaines de la pensée, des normes et de la vie qui caractérise le monde intellectuel du Moyen Âge1. Dans la foulée de ce processus, les formes particulières qui servaient à la compréhension humaine du monde ont commencé à se détacher du cadre général de leur structure globale et à développer leur autonomie propre. Provoquée par cette évolution, la floraison magnifique des branches particulières du savoir s’amorce dès le début des temps modernes, mais elle se produit au détriment de l’orientation unitaire de l’ensemble du savoir. Alors qu’auparavant, au sein d’un cosmos intellectuel hiérarchisé, la référence à la théolog...

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search