Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tradition antique et tolérance moderne

 | 
Raymond Klibansky

Raymond Klibansky (1905-2005)

Esquisse d’une biographie intellectuelle

Georges Leroux et Philippe Despoix

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image

Raymond Klibansky (1905-2005) (Photographie : Michael Schwarz, Université de Heidelberg, 1988)

Né à Paris, le 15 octobre 1905, d’une famille juive originaire de Francfort, Raymond Klibansky fit ses études primaires en français dans une école du Xe arrondissement. Son père, Hermann Klibansky, était négociant en vins. En 1914, la Première Guerre mondiale contraignit la famille à rentrer en Allemagne et le jeune élève fut d’abord inscrit au Goethe Gymnasium de Francfort. En 1920, âgé de quinze ans, il obtint de son père la permission de fréquenter l’école d’avant-garde d’Odenwald, fondée par Paul Geheeb. Tenue en haute estime par des intellectuels comme Thomas Mann ou Ernst Cassirer, qui y envoyèrent leurs enfants, cette école favorisait une pédagogie ouverte et libérale. La devise en était un vers de Pindare : « Deviens celui que tu es. » Conservé dans ses archives, le bulletin du jeune Klibansky, portant les remarques personnelles de Geheeb, montre un élève discipliné ...

Auteurs

Georges Leroux est professeur émérite au Département de philosophie de l’UQAM, où il a enseigné l’histoire de la pensée grecque de 1969 à 2006. Connu comme helléniste et traducteur de Platon et de Plotin, il est l’auteur de plusieurs ouvrages de philologie et d’histoire. Il a également publié de nombreuses études sur l’art et la musique.

Professeur titulaire au Département de littératures et de langues du monde à l’Université de Montréal. Dix-huitièmiste, Philippe Despoix s'intéresse aux voyages scientifiques européens de l'époque des Lumières et plus particulièrement, dans le cadre du groupe de recherche « Gestes admirables », au rôle et à la diffusion de la gravure. Également spécialiste de la pensée germanique du XXe siècle, il fait partie du Centre canadien d'études allemandes et européennes dont il codirige la collection aux PUM. Il est aussi membre de l'école doctorale transatlantique “Diversity: Mediating Difference in Transcultural Space”.

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540