Version classiqueVersion mobile

Les MOOCs

 | 
Pablo Achard

Conclusion

Texte intégral

1En 2012, lors de la 18e Annual International Conference on Online Learning, Sebastian Thrun, fondateur de Udacity, a reconnu en séance plénière qu’il était « pratiquement ignorant » des travaux de ses interlocuteurs (Nanfito, 2013). Il en allait probablement de même pour Daphne Koller et Andrew Ng, fondateurs de Coursera, ou pour Anant Agarwal, premier président d’EdX. Tous les quatre ont émigré aux États-Unis pendant ou juste après leurs études, comme c’est le cas de nombreux créateurs de start-up aux États-Unis (Berlin, 2015). Tous les quatre étaient professeurs d’informatique. Tous les quatre, spécialisés dans l’intelligence artificielle. Dès lors, il n’est pas surprenant qu’ils aient, en toute franchise, voire en toute naïveté, présenté les MOOCs comme un outil révolutionnaire et non comme « une étape dans un parcours de plusieurs décennies dans le domaine de l’innovation pédagogique et des ressources éducatives libres » (Nanfito, 2013). Cette histoire, cette mise en récit, est fortement entrée en résonance dans le milieu médiatique, lui-même chamboulé dans son modèle économique par l’arrivée d’Internet.

2La réaction de certains des « vétérans » de l’enseignement à distance, des milliers de chercheurs en pédagogie, des praticiens du e-learning, des interlocuteurs de Thrun lors de la conférence sur l’enseignement en ligne, a été proportionnelle à l’absence de considération de leur travail : « les MOOCs sont une mode passagère, propulsée par les médias ». Cette assertion est souvent suivie d’un « d’ailleurs ça ne marche (ra) pas. Nous avons déjà testé les prétendues innovations des MOOCs, elles sont inefficaces ».

3La glorification d’une « révolution MOOC » ne peut se faire qu’en ignorant très largement le contexte de leur émergence. Quant à l’affirmation répétée de l’échec – tour à tour pédagogique, commercial ou institutionnel – des MOOCs, ou de leur ultralibéralisme colonialiste, elle nécessite pas mal de rhétorique, voire de mauvaise foi, nous l’avons vu. Ce livre invite donc à sortir les MOOCs de cette fausse dichotomie mode/révolution, pour les considérer à la fois comme une ressource supplémentaire dans la boîte à outils pédagogiques, dont il convient de saisir les potentialités et les limites, et comme le révélateur de transformations profondes du paysage universitaire mondial.

4Difficile de prédire ce que sera l’université de demain. La prospective est un exercice risqué. Heureusement, leurs auteurs savent ne pas faire sortir de l’oubli leurs prédictions manquées et, à l’inverse, célébrer leur clairvoyance en cas de réussite. S’il y a deux choses sur lesquelles je veux bien parier, c’est que les MOOCs sont là pour rester, sous une forme ou une autre, et que les universités ne disparaîtront pas.

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search