Version classiqueVersion mobile

Les MOOCs

 | 
Pablo Achard

Préface

Yves Flückiger

Texte intégral

1Le livre que vous tenez entre vos mains est original, à plus d’un titre. Tout d’abord, parce que si un nombre sans cesse croissant d’universités dans le monde se sont lancées dans l’aventure des Massive Open Online Courses, les fameux MOOCs, très peu d’ouvrages, et encore moins en français, ont abordé ce sujet pour tenter d’en comprendre les origines, les tenants et les aboutissants. Il est particulièrement symptomatique, à ce propos, qu’il n’existe pas réellement de terme pour désigner ces cours dans la langue de Molière.

2L’auteur enracine de surcroît sa réflexion dans l’histoire des universités, n’hésitant pas à remonter à leurs fondations les plus anciennes, pour tenter de replacer, dans un contexte historique, ce que d’aucuns voient comme une révolution qui va bouleverser le monde pédagogique, alors que d’autres, sans doute pour se rassurer, voient les MOOCs comme une mode passagère qui disparaîtra aussi rapidement qu’elle est apparue.

3Mais l’auteur ne se contente pas de décrire un bouleversement du monde universitaire. Il bat en brèche bien des idées reçues sur les conséquences que les MOOCs pourraient avoir sur les universités et leur fonctionnement. Il montre en particulier que, loin d’étouffer les formations en présentiel, les MOOCs peuvent au contraire s’articuler avec celles-ci afin de les rendre plus personnalisées, plus vivantes et surtout plus efficaces. Il montre aussi que si ce phénomène touche avant tout l’enseignement, il est de plus en plus souvent associé à de nouvelles formes de recherche dont la science participative n’est sans doute qu’une des illustrations. Dans une autre publication, l’auteur suggère, avec le soussigné, que les MOOCs permettent de réinventer l’idéal d’une université humboldtienne 2.0.

4Ce livre est aussi original parce qu’il aborde, souvent de manière quelque peu provocatrice, des questions que des universités ignorent ou feignent d’ignorer, faute d’outils nécessaires, ou omettent par méconnaissance du contexte. De ce point de vue, la particularité de ce livre tient au fait qu’il prêche la compréhension par l’exemple, tout en s’appuyant sur une solide base théorique. Il assure ainsi une saine et nécessaire complémentarité avec des livres plus théoriques. L’auteur fait œuvre d’une dialectique indispensable, entre théorie et pratique, sans que l’une l’emporte sur l’autre. En la matière, il n’y a pas de hiérarchie, n’en déplaise à ceux qui rangent, qui classent et qui divisent. Cette démarche incite Pablo Achard à extraire de cas pratiques, qu’il connaît bien pour avoir participé à leur création, des concepts, des régularités, sources de formalisation théorique, afin que ces cas ne restent pas seulement de pures anecdotes. Cela permet de faire ressortir des principes absents de la littérature sur ce sujet, mais qu’aucune université ne devrait ignorer au moment d’effectuer ses choix stratégiques.

5En tant que recteur de l’Université de Genève, je me réjouis tout particulièrement de la publication de cet ouvrage parce qu’elle permet de rappeler fort à propos que, dès le départ, notre institution a joué un rôle pionnier dans le développement et la mise en œuvre des MOOCs. Elle l’a fait, comme très souvent dans les décisions stratégiques qu’elle a prises, de manière très réfléchie et systématique en dévoilant, pour chaque étape, les richesses nouvelles qu’offre ce mode de formation. Et je suis personnellement convaincu que nous n’en sommes encore qu’au début de cette évolution, la prochaine étape, déjà engagée mais encore embryonnaire, étant la formation d’étudiants sur la base de programmes entièrement conçus sous forme de MOOCs entre plusieurs universités.

6Le style adopté par Pablo Achard pour présenter son argumentation rend la lecture plaisante et diablement efficace. Je ne puis qu’en recommander chaudement la lecture, non seulement à toutes les personnes concernées par les MOOCs, présidents et recteurs d’université, mais aussi évidemment à toutes celles et tous ceux qui y professent et qui viennent s’y former.

Auteur

Recteur, Université de Genève

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search