Version classiqueVersion mobile

Adophobie

 | 
Jocelyn Lachance

Avant-propos

Texte intégral

1Pour comprendre un phénomène, il importe d’abord de le désigner. Pour dénoncer une attitude, il importe de la définir. Il fut un jour important, crucial même, d’inventer le terme xénophobie pour que des citoyens puissent la reconnaître et la signaler, pour que des institutions sortent de l’indifférence afin de la combattre. Il s’avérerait même difficile de repérer les paroles et les gestes xénophobes qui se répandent autour de nous sans mot pour en penser l’existence et en analyser les conséquences. Si aujourd’hui l’idée nous paraît banale, il reste que le mot xénophobie, bien connu, n’a pas toujours existé, ni dans la bouche des hommes et des femmes ni dans la conscience humaine. Ainsi, la peur de l’étranger existe depuis longtemps, mais la lutte contre elle s’est engagée depuis peu. L’histoire fut semblable lorsque des individus refusèrent de la même façon la misogynie et l’homophobie.

  • 1 La bibliographie complète se trouve sur le site de Parcours numériques, ainsi que sur le site des P (...)

2Adophobie est un mot qui m’est cher. Je l’ai employé pour la première fois dans un numéro de la revue Cultures et Sociétés dans lequel avaient été notamment conviés le psychologue et psychanalyste Alex Raffy, le pédopsychiatre Patrice Huerre et le psychiatre Daniel Marcelli. La réflexion s’est poursuivie dans Étudier les ados : initiation à la socioanthropologie (Presses de l’École des hautes études en santé publique, 20141), coécrit avec Thierry Goguel d’Allondans. Travaillant sur la question de l’adolescence depuis plus d’une dizaine d’années, je fais régulièrement face – comme nombre de mes collègues – à des déclarations, à des discours, à des paroles, mais aussi à des textes, à des articles et à des images qui témoignent d’une adophobie grandissante. Qu’elle prenne la forme d’une stigmatisation de la jeunesse contemporaine, d’une condamnation de ses comportements ou même d’accusations injustifiées à son égard, l’adophobie repose sur notre peur ancestrale non pas de l’étranger, mais de « l’étrangeté adolescente ». Cet essai entend non seulement la décrire, mais surtout la comprendre. L’adophobie apparaît alors comme la résistance collective d’un nombre important d’adultes se remettant difficilement en question et saisissant tout aussi difficilement leur responsabilité dans le constat qu’ils font du monde et qu’ils reconstruisent en permanence. À l’ère du numérique, cette peur s’amplifie au contact d’images, présentées comme des preuves visuelles confirmant apparemment que les adultes ont raison d’avoir peur.

3L’étymologie du mot « adolescent » (adolescere) rappelle que nous parlons bien de celui ou de celle qui « est en train de grandir ». L’adophobie désigne donc la peur de ces individus – nos enfants, nos élèves, ce public avec lequel nous travaillons parfois dans des institutions diverses. Elle cible ces adolescents qui, par définition, vivent des changements profonds et incontournables dans leur vie : chacun d’entre nous, quels que soient l’origine, l’âge, le sexe, le milieu social, est amené à traverser cette période de transformation corporelle, relationnelle et identitaire. L’adophobie, c’est donc une peur non seulement des adolescents et des adolescentes, mais aussi de l’adolescence qui nous habite, silencieuse et tapie dans notre mémoire. Il n’existe pas de groupes d’adophobes, des personnes dont nous aurions le réflexe de nous différencier, mais plutôt des actes et des paroles adophobes, qui sont parfois les nôtres.

4L’objectif de ce livre est d’insister sur certains comportements et discours, sans oublier qu’au quotidien, de nombreux parents et professionnels de l’adolescence – dont le personnel scolaire et les travailleurs sociaux – combattent l’adophobie en s’engageant sur la voie de la compréhension et en se détournant volontairement de celle qui mène à la peur et à la stigmatisation. Il ne s’agit donc pas de culpabiliser des générations d’adultes, mais bien d’examiner des situations qui ne peuvent plus faire l’économie d’une remise en question de l’attitude de certains d’entre eux. Ainsi, si l’adophobie – comme la xénophobie – se décèle clairement dans des paroles et des gestes sans équivoque, elle s’exprime aussi parfois, de façon insidieuse, dans des routines convenues, des lieux communs, rappelant que nul n’en est à l’abri.

5Finalement, je tiens à remercier chaleureusement Louis Mathiot et Sophie Limare pour leur relecture attentive de cet ouvrage.

Notes

1 La bibliographie complète se trouve sur le site de Parcours numériques, ainsi que sur le site des PUM à: www.pum.umontreal.com/catalogue/adophobie.

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search