Version classiqueVersion mobile

Les approches qualitatives en gestion

 | 
Paul Prévost
, 
Mario Roy

Chapitre 7. La méthodologie de la théorisation enracinée

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Développée à partir de la fin des années 1960 par Barney Glaser et Anselm Strauss, la méthodologie de la théorisation enracinée (MTE) est définie ainsi par ses fondateurs : « une méthodologie générale destinée au développement d’une théorie enracinée dans des données systématiquement recueillies et analysées » (Strauss et Corbin, dans Denzin et Lincoln, 1994 : 273)1. Glaser et Strauss (1967, dans Goulding, 2007) précisent que la méthode permet de comprendre un phénomène et sa dynamique par un cheminement inductif, via divers niveaux de construction théorique – description, abstraction et catégorisation conceptuelle – en vue d’explorer les conditions sous-jacentes, les processus, les conséquences et les actions liés au phénomène. Invoquant « l’absence [à l’origine] de repères clairs et précis quant au déroulement d’une analyse de ce type » et se fondant sur son expérience personnelle, Paillé (1994 : 149) soutient quant à lui qu’elle constitue une méthode d’analyse et non une méthode ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search