Version classiqueVersion mobile

La délinquance sexuelle des mineurs

 | 
Monique Tardif

Première partie. Théories et recherches

Chapitre 2. Fonctions exécutives et cognition sociale : un modèle neuropsychologique

Christian C. Joyal, Antoine de Chanterac et Monique Tardif

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Selon l’Association des centres jeunesse du Québec, 25 % des cas de viols et de 40 à 50 % des cas d’abus sexuels envers des enfants sont commis par des adolescents (ACJQ, 2008). Environ 20 % des adolescents auteurs d’agressions sexuelles récidiveront à l’âge adulte (Långström, Grann et Lindblad, 2000 ; Seto, 2008), 10 % récidiveront au cours des 5 années suivant le premier abus (Caldwell, 2002 ; Worling et Långström, 2006) et 30 % au cours des 25 années suivant ce premier abus (McCann et Lussier, 2008). Étant donné qu’environ la moitié des abuseurs sexuels adultes rapportent avoir commis leur premier délit sexuel à l’adolescence (Abel, Osborn et Twigg, 1993 ; Groth, Longo et McFaddin, 1982 ; Seto, 2008) et que les fantasmes sexuels déviants (Aylwin, Reddon et Burke, 2005) ou les comportements sexuels déviants (Burton, 2000) apparaissent souvent avant l’âge de 18 ans, l’adolescence représente une période critique pour l’étude des origines de l’abus sexuel et des circonstances l’entou...

Auteurs

Université du Québec à Trois-Rivières - Département de psychologie

Université du Québec à Trois-Rivières - Centre de recherche de l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal

Monique Tardif, Ph D, est professeure titulaire au Département de sexologie et professeur externe au Département de psychologie de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), elle est aussi psychologue clinicienne à l'Institut Philippe-Pinel de Montréal. Elle est chercheure régulière au Centre de recherche de l'Institut Philippe-Pinel de Montréal, au Centre international de criminologie comparée et au Centre de recherche Fernand-Seguin. Membre du groupe de recherche sur les agresseurs sexuels, ses travaux de recherche portent sur les adolescents auteurs d'abus sexuels et leurs familles, la conception d'instruments psychométriques sur les déviances sexuelles et le déni-minimisation des agresseurs sexuels, et les facteurs neuropsychologiques et les comportements à risque des adolescents auteurs d'abus sexuels.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search