Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Profession urbaniste

 | 
Gérard Beaudet

L’urbaniste dans la Cité

Texte intégral

1Mesuré à l’aune du nombre de diplômés œuvrant de près ou de loin dans le domaine, l’urbanisme québécois a connu un développement remarquable au cours des cinq dernières décennies. Alors qu’on comptait vraisemblablement moins d’une centaine d’urbanistes au Québec à la fin des années 1950, on en dénombre aujourd’hui probablement plus de 2 000, dont un peu moins de 800 sont membres de l’Ordre des urbanistes du Québec. On les retrouve principalement dans les municipalités locales et régionales, dans de nombreux ministères et dans des organismes publics et parapublics, ainsi que dans plus d’une soixantaine d’agences offrant des services de consultation. Mais ils – et de plus en plus, ici comme dans les autres lieux d’emploi, elles, quoique la progression du nombre de femmes ait été plus lente que dans d’autres domaines – sont aussi nombreux dans des organisations communautaires et des organismes à but non lucratif.

2Sur le terrain, le développement de l’urbanisme a aussi été notable. L’anarchie qui régnait encore au tournant des années 1950 et 1960 dans plusieurs municipalités a été disciplinée. La quasi-totalité des concentrations de taudis léguées par une urbanisation dopée par la révolution industrielle a été éradiquée. L’érosion des milieux patrimoniaux et des environnements sensibles a été freinée. Campagnes et villes cohabitent de manière moins conflictuelle. Après avoir été soumis à une rénovation souvent brutale, les quartiers centraux des villes industrielles ont été l’objet d’opérations de régénération mieux adaptées à leurs populations et à leurs cadres bâtis. Certains des ouvrages et aménagements dont les années 1960 et 1970 avaient affublé nos cadres de vie ont été remplacés par des variantes moins agressives et plus susceptibles d’appropriation par les usagers. Quoique croissante, la place accordée à l’automobile dans nos environnements et dans nos modes de déplacement a été remise en question. Les centres-villes traditionnels, délaissés au profit des nouvelles formes de l’offre commerciale apparues à compter de la fin des années 1950, ont été l’objet de diverses mesures de redynamisation et de mise en valeur de leurs caractères distinctifs. De nouvelles conceptions résidentielles ont proposé une réponse à l’habitat pavillonnaire des banlieues de l’étalement. Des modalités d’aménagement originales ont favorisé la réappropriation de friches industrielles, ferroviaires et portuaires.

3L’urbanisme s’est par ailleurs graduellement plié aux exigences de la consultation, du débat public et du renouvellement de la gouvernance. Il s’est conformé, en cela, à une évolution qui a marqué l’ensemble des pratiques de l’État, des municipalités et des organismes publics et qui a été le résultat de luttes urbaines, patrimoniales et environnementales menées sur le terrain du droit au logement, de la promotion de la qualité de vie, de la protection des quartiers anciens, de la sauvegarde des milieux sensibles et de la préservation des paysages.

4Malgré des avancées notoires, l’urbanisme québécois a connu quelques ratés et accuse, si on le compare à ce qui se fait ailleurs en Occident, certains retards. L’incapacité à contrer plus efficacement les effets les plus manifestes de l’étalement urbain (empiétement sur les espaces agricoles, destruction de milieux humides, augmentation des discontinuités entre les périmètres de développement, extension démesurée des réseaux infrastructurels [autoroutes, égout et aqueduc, alimentation électrique], multiplication pléthorique de nouveaux équipements commerciaux, accroissement de la dépendance à l’automobile, etc.) est probablement, de ce point de vue, l’échec le plus sérieux. Ces problèmes sont d’autant plus préoccupants que le Québec fait face à une évolution démographique qui limitera la marge de manœuvre nécessaire pour corriger une situation héritée de plusieurs années de laxisme.

5Certains pourraient être tentés d’en imputer une bonne part de la responsabilité aux urbanistes. Leur présence en plus grand nombre ne devait-elle pas leur permettre de faire plus et mieux ? L’urbanisme québécois n’a-t-il pas échoué à s’imposer à la hauteur de ce que permettait d’anticiper l’enthousiasme qui a présidé à la mise en œuvre de la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme, au début des années 1980, et autant que le laissaient entrevoir l’ampleur des défis à relever et l’importance des moyens consentis ? Admettons qu’il y a du vrai dans tout cela. Ce faisant, n’accorde-t-on pas une responsabilité démesurée à l’urbanisme et aux urbanistes ?

6L’urbanisme, comme le soulignaient les documents gouvernementaux de la fin des années 1970 et comme le révèle presque quotidiennement l’actualité, est d’emblée politique. Il relève de choix de société qui peuvent être éclairés par une expertise professionnelle, mais qui ne sauraient lui être entièrement subordonnés. Or, de ce point de vue, on doit constater que, si l’urbanisme québécois a quelques racines profondes, en revanche, il n’est pas porté par une tradition solidement ancrée dans une demande sociale. La décision politique en matière d’urbanisme a conservé certains réflexes d’une période qu’on pourrait qualifier de plus insouciante, d’une époque, pas si lointaine, caractérisée, dans l’ensemble des sociétés occidentales, par une foi inébranlable dans le progrès continu, la puissance de la technologie et une corrélation étroite entre croissance et mieux-être.

7Il n’est pas étonnant, dans les circonstances, qu’on ne soit pas parvenu à réduire, autant qu’il aurait été souhaitable, l’écart parfois significatif qui existe entre le discours et les instruments de planification, d’une part, et les pratiques, d’autre part. Le dossier de la protection des terres agricoles est probablement un de ceux qui l’illustrent le mieux. Malgré l’adoption, voilà presque trois décennies, d’une loi sur la protection des territoires agricoles, on assiste encore, de nos jours, à des extensions des périmètres d’urbanisation qui sont gagnés sur des sols d’excellente qualité, même si des superficies considérables de terrains à bâtir sont toujours disponibles ailleurs. Ce n’est pas tant le discours des élus qui est en cause, que les décisions qui contredisent celui-ci et qui vont à l’encontre des objectifs des documents de planification territoriale.

8Si les décisions d’urbanisme appartiennent aux collectivités territoriales et sont l’objet de délibérations et de décisions qui relèvent du politique, il arrive encore trop souvent que ce qui apparaît rentable politiquement soit préféré à ce qui serait socialement souhaitable d’un point de vue urbanistique.

9L’urbaniste doit-il pour autant se confiner dans un rôle d’expert qui s’apparenterait en quelque sorte à celui d’un mercenaire au service des décideurs ? Doit-il se retrancher derrière ce statut d’expert pour éluder les enjeux qui ne relèvent pas spécifiquement ou exclusivement de sa compétence ? En d’autres termes, l’urbaniste peut-il se contenter d’être un professionnel compétent et abdiquer son statut de citoyen à part entière quand la politique trahit ce qui est du ressort du politique ?

10On s’entendra sur une chose : l’urbaniste, pas plus que les autres professionnels, ne peut confisquer le débat public au profit des positions qu’il privilégie, aussi raisonnables, fondées et justifiées soient-elles. En d’autres termes, la pratique professionnelle la plus satisfaisante d’un point de vue technique et éthique n’atténue en rien l’importance de la dimension fondamentalement politique de l’urbanisme.

11L’urbaniste n’a pas à incarner l’ensemble des positions et points de vue de la société à laquelle il appartient relativement aux problématiques urbaines. S’en prétendrait-il capable qu’on lui rappellerait avec justesse qu’il n’a aucunement la légitimité de ses prétentions. On reconnaîtra par ailleurs que le professionnel au service d’une municipalité, d’un ministère, d’un organisme public, au même titre que celui qui est temporairement lié par contrat à un client, a un devoir de réserve qui contraint d’une certaine manière ses droits et responsabilités de citoyen. Doit-on exclure pour autant la possibilité d’une contribution à la construction de l’opinion publique ? En d’autres termes, l’urbaniste est-il condamné à taire sa voix citoyenne et à rester à l’écart de la délibération publique et du débat politique ?

12Dès lors que cette question est abordée du point de vue de l’individu et en fonction de la conjoncture, il serait difficile de ne pas reconnaître la nécessité d’une certaine retenue. Heureusement, des lieux existent qui permettent de réconcilier l’obligation de réserve et la responsabilité citoyenne. C’est le cas, d’une certaine manière, des ordres professionnels. La conception qu’on s’y fait habituellement de la protection du public limite toutefois le rôle qu’ils peuvent jouer dans les débats de société, surtout quand certains de leurs membres sont directement concernés par l’un ou l’autre des termes du débat. Les organismes du milieu ont souvent moins de réserves et sont en apparence soumis à moins de contraintes. Ils peuvent donc constituer une tribune parallèle, d’autant plus que certains, à l’instar d’Héritage Montréal, des Amis de la montagne ou de Transport 2000, jouissent d’une crédibilité élevée et d’une visibilité publique soutenue. Par contre, la défense d’un point de vue ou d’une cause y favorise parfois l’économie de l’objectivité et exclut les nuances qui seraient indispensables à une vraie délibération.

13Il n’en reste pas moins que l’expression des voix citoyennes qui s’est imposée dans la plupart des pays développés au cours des dernières décennies a permis la création d’un espace de contestation qui se révèle favorable aux questionnements sur les grands enjeux. Mais, pour que le débat puisse véritablement avoir lieu, encore faut-il que ces enjeux soient présentés de la manière la moins exclusive possible. C’est ici que l’université peut jouer un rôle de première importance.

Urbaniste, universitaire, expert ou intellectuel ?

14L’université s’avère en effet, dans ce contexte, un lieu privilégié. D’une part, parce qu’elle permet de développer savoirs et réflexions à l’écart des contingences de l’action immédiate et du court terme. En effet, malgré les pressions de plus en plus fortes exercées par quelques milieux et par les défenseurs de certaines idéologies, l’université conserve une autonomie enviable. En conséquence, elle offre des conditions qui permettent aux professeurs-chercheurs de mettre à distance, de comparer, de soumettre à la critique, de faire jouer la mémoire et de soupeser les scénarios vraisemblables et prévisibles. D’autre part, l’université permet d’articuler en mode dialectique demande et responsabilité sociales dans le cadre de sa mission de transmission des connaissances et des compétences. En d’autres termes, elle peut faire jouer l’une sur l’autre demande et responsabilité de manière à éviter que la seconde soit entièrement subordonnée à la première.

15L’université n’est en effet pas l’antichambre des milieux professionnels, même dans un environnement d’enseignement soumis aux exigences de l’accréditation professionnelle, comme c’est le cas des programmes de baccalauréat et de maîtrise de l’Institut d’urbanisme de l’Université de Montréal. Le professeur qui œuvre dans un tel environnement n’est pas qu’un rouage d’une mécanique entièrement dévolue à la formation professionnelle. L’institution lui demande davantage, notamment sous l’angle de la recherche et de la diffusion de ses résultats. Ce n’est toutefois pas seulement à titre de professeur d’urbanisme que l’universitaire peut apporter sa contribution à la Cité.

16L’universitaire, même s’il est rattaché à une école professionnelle, peut en effet se prévaloir également de son statut d’intellectuel. Qu’est-ce à dire ? Tout simplement que l’urbaniste qui travaille dans une université peut porter un regard transversal sur un ensemble de phénomènes qui mobilisent et modèlent nos sociétés, et apporter une contribution originale aux réflexions et aux démarches qui ont pour objectif de mieux les cerner et de les comprendre, voire de les infléchir.

***

17C’est là un exercice auquel je me suis adonné depuis presque deux décennies, autant par intérêt personnel que par un concours de circonstances qui m’a amené par diverses voies sur la place publique. Ce concours de circonstances tient en particulier à la fois à mon passage à Héritage Montréal, un organisme privé à but non lucratif voué à la sauvegarde et à la mise en valeur du patrimoine montréalais, et à la publication d’un ouvrage intitulé Le pays réel sacrifié et paru chez Nota bene en 2000.

18À titre de vice-président, puis de président d’Héritage Montréal, j’ai eu maintes occasions d’intervenir sur la place publique durant la seconde moitié des années 1990, notamment par la voie des médias. La discrétion de l’opposition à l’Hôtel de ville de Montréal et les frasques répétées de l’administration du temps dans les dossiers d’urbanisme et de conservation du patrimoine incitaient les journalistes à rechercher l’opinion d’Héritage Montréal, dont la crédibilité était déjà considérable. Par ailleurs, la rédaction, avec la collaboration de trois collègues – Paul Lewis, Jean Décarie et Daniel Gill –, d’un ouvrage qui exposait une analyse critique de plusieurs dossiers québécois d’urbanisme et proposait une explication à notre rapport collectif ambigu au territoire et à son aménagement aura permis de positionner hors du champ strict de la pratique urbanistique une réflexion à portée sociétale en voie d’élaboration depuis plusieurs années.

19Il aura suffi, dans les circonstances, de joindre l’utile (une certaine maîtrise des sujets) à l’agréable (le plaisir de la communication, en particulier le direct) pour que se multiplient les occasions de diffuser et de partager un point de vue qui ne soit pas tant celui, stricto sensu, d’un expert que celui, à portée plus générale, d’un intellectuel. C’est à ce titre que j’ai accentué au cours des dernières années mon engagement dans la Cité.

20Expert et intellectuel s’y épaulent en arcboutant leurs compétences. L’expert permet à l’intellectuel d’ancrer précisément son point de vue, de lui donner une couleur particulière. L’intellectuel, pour sa part, donne une autre dimension au propos du premier et en augmente la portée. L’expression de l’un et l’autre point de vue n’est pas pour autant toujours bien reçue.

21Dans le monde professionnel, le point de vue de l’expert est souvent associé à une critique plus ou moins explicite de collègues, une pratique que les habitudes corporatistes relayées par les codes de déontologie professionnels limitent sévèrement. Évidemment, on comprendra qu’il s’agit parfois moins de protéger le public que d’éviter des échanges qui pourraient entacher la réputation d’une confrérie qui cherche à protéger frileusement ses acquis. Dans le monde universitaire, le confinement dans l’expertise est habituellement justifié par l’importance – crédibilité institutionnelle oblige – d’une acquisition et d’une reconnaissance d’une forme d’exclusive construite à la faveur de la fréquentation soutenue d’un sujet de recherche et de réflexion, et consacrée par les pairs. L’expert qui s’aventure hors du territoire dont on lui reconnaît plus ou moins l’exclusive est en conséquence coupable, aux yeux de certains, de saper les fondements du statut de chercheur. Mais l’argument voile souvent le refus d’assumer pleinement un statut d’intellectuel qui comporte un certain nombre d’imprévus dès lors que l’universitaire qui s’aventure sur ce terrain y manœuvre dans un environnement qu’il ne contrôle pas entièrement, un environnement que l’information spectacle transforme parfois en terrain franchement hostile. Quant à l’intellectuel, il court le risque du discrédit qui attend ceux qui osent défier la prépondérance acquise par les experts en tous genres dans une société qui a fragmenté à l’excès l’univers des savoirs et des compétences.

22En abdiquant devant la critique et en se repliant sur une position dominée par les experts, les intellectuels ne risquent-ils pas de faire injure à l’importance de leur rôle dans la Cité ? On a beaucoup reproché ces dernières années aux universitaires québécois de ne pas être suffisamment présents sur la place publique. Sans nécessairement vouloir me prononcer sur le bien-fondé du reproche général, je considère que, dans le cas spécifique de l’urbanisme, cette absence a été bien réelle et qu’elle n’a aidé en rien la promotion par ailleurs nécessaire d’une pratique qui devrait être au cœur des préoccupations de la société.

23Insistons, l’urbanisation n’est pas qu’un fait observable empiriquement ; elle est une manière d’être au monde, à un monde dont l’état et l’avenir doivent nous préoccuper plus que jamais.

24Urbaniste disiez-vous ?

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter