Version classiqueVersion mobile

Les enjeux éthiques de la limite des ressources en santé

 | 
Jean-Christophe Bélisle Pipon
, 
Béatrice Godard
, 
Jocelyne Saint-Arnaud

Section 2. Les enjeux éthiques et la pratique médicale

Chapitre 8. Faire face aux défis en fin de vie au moyen des niveaux d’interventions médicales

Marjolaine Frenette, Jocelyne Saint-Arnaud et Karim Serri

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Chaque année, plusieurs centaines de milliers de Canadiens décèdent. Pour plus de la moitié d’entre eux, cela se passe à l’hôpital, et moins du tiers aura eu accès à des soins palliatifs1. Travailler avec la fin de vie en centre hospitalier est ainsi très habituel pour les professionnels de la santé de ce milieu. Mais malgré leur omniprésence, les soins en fin de vie ne sont pas toujours prodigués de façon optimale2. On sait, entre autres, que les patients et les familles ne sont pas toujours impliqués dans le processus décisionnel3, et que les ordonnances de non-réanimation sont prescrites très tardivement dans l’épisode de soin4. Plusieurs hôpitaux et CSSS au Québec se sont penchés sur ces enjeux, et ont établi des protocoles de niveaux de soins, aussi appelés niveaux d’interventions médicales (NIM)5. Les NIM sont développés à partir de politiques internes propres à chaque établissement et peuvent donc grandement varier d’un établissement à un autre. L’absence d’étude et d’écrits ...

Auteurs

Infirmière et détentrice d’une maîtrise en bioéthique de l’Université de Montréal. Elle agit présentement à titre de conseillère clinicienne en soins infirmiers au Centre universitaire de santé McGill. Son mémoire de maîtrise porte notamment sur l’utilisation des niveaux d’interventions médicales (NIM) en centre hospitalier et offre un portrait de l’utilisation actuelle qui en est fait au Québec.

Jocelyne Saint-Arnaud détient un doctorat en philosophie de l’Université de Montréal (1987). Elle a effectué un postdoctorat en bioéthique sous la direction de Guy Durand et un stage postdoctoral auprès d’Albert Jonsen (Université de Washington). Professeure régulière au Département des sciences des religions à l’UQAM de 1990 à 1994, elle a fait carrière à la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal, tout en enseignant dans les programmes de bioéthique. Elle est actuellement professeure associée au Département de médecine sociale et préventive de l’École de santé publique et chercheure associée au Centre de recherche en éthique (CRÉ). Ses recherches portent sur les enjeux éthiques liés à la fin de vie et sur l’équité dans l’attribution des services en santé.

Karim Serri a suivi une formation en physiologie à l’Université McGill (B. Sc. 1992) et des études de médecine à l’Université de Montréal (1998) où il a également effectué une spécialité en médecine interne (2004) et en cardiologie (2007). Depuis 2007, il exerce la médecine à l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal en tant que cardiologue et intensiviste. Outre sa pratique clinique et son implication en administration, il consacre une partie de son temps à la recherche clinique.

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search