Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Profession urbaniste

 | 
Gérard Beaudet

Naissance et développement de l’urbanisme : jalons

Texte intégral

1L’urbanisme naît au milieu du xixe siècle. À l’époque, la révolution urbaine et industrielle qui a déferlé sur l’ensemble des pays d’Europe, ainsi qu’aux États-Unis et, dans une moindre mesure, au Canada, a irrémédiablement chambardé les cadres de vie de populations dont les effectifs ont été gonflés à la faveur de vastes mouvements migratoires qui ont littéralement vidé certaines campagnes, voire ont été alimentés par le désespoir de milliers d’individus confrontés, à l’instar des Irlandais, à une misère qui anticipait, d’une certaine manière, celle que connaissent de nos jours plusieurs pays en voie de développement.

2L’improvisation préside alors à la construction de petits centres de production manufacturière et de faubourgs blottis à l’ombre des usines et parcourus de voies ferrées et de canaux. Ces milieux se caractérisent, plus souvent qu’autrement, par l’absence totale ou l’insuffisance notoire des réseaux techniques de base (égout et aqueduc), la congestion des circulations véhiculaires, de même que l’insalubrité des habitations, trop peu nombreuses pour abriter tous ceux qui souhaitent s’installer dans ces lieux de concentration sordides. Mais ces extensions urbaines ne monopolisent pas les problèmes auxquels les autorités sont confrontées. Les centres historiques et leurs faubourgs de l’ère préindustrielle, longtemps circonscrits par des enceintes ou des limites administratives rigides et confinés par les impératifs des déplacements piétonniers, montrent en effet des signes de dégradation préoccupants. Peu et mal desservis par les réseaux techniques d’alimentation en eau et d’évacuation des eaux usées, quadrillés de rues et de ruelles mal adaptées aux nouveaux impératifs de la circulation, trop densément construits, mal entretenus et surpeuplés à la suite de l’abandon dont ils ont souvent été victimes en raison de l’évasion des bourgeoisies vers de nouveaux quartiers plus confortables, ces environnements sont par ailleurs bouleversés par la réalisation de pénétrations ferroviaires, la construction de gares et le percement de nouvelles voies de circulation.

3Une telle situation était devenue socialement inacceptable, même pour les plus ardents défenseurs du libéralisme économique et du darwinisme social. Les révoltes urbaines qui avaient embrasé l’Europe à la fin des années 1840 avaient montré la fragilité d’un édifice socioéconomique fondé sur une exploitation non contenue des plus faibles. Il fallait faire quelque chose, en particulier dans les villes qui avaient été profondément transformées par la révolution industrielle et portaient en elle le germe de la révolte, voire de la révolution. Or l’art urbain, qui avait relativement bien servi le Prince jusqu’à ce jour, s’avérait incapable de relever le défi. On ne pouvait en effet plus se contenter de donner belle apparence aux percées monumentales et aux abords du palais, tout en menaçant de représailles les populations des quartiers insalubres qui seraient tentées de revendiquer une amélioration de leur sort. Comme en beaucoup d’autres domaines en cette deuxième moitié du xixe siècle, il fallait inventer.

4La paternité de l’urbanisme est attribuée au Catalan Idelfonso Cerda qui publie, en 1867, un ouvrage intitulé La théorie générale de l’urbanisation. Écrit dans le sillage des travaux de planification de l’expansion de Barcelone, cet ouvrage propose une approche critique qui prend appui sur une analyse rigoureuse des problèmes et des besoins des populations de la ville et qui lie les préoccupations pour l’habitat et celles concernant les réseaux. Avec Cerda, l’art urbain cède le devant de la scène à l’urbanisme. Celui-ci ne s’intéresse toutefois qu’accessoirement aux quartiers historiques de la ville. Il fait le pari que ces derniers pourront être remodelés après qu’on se sera rendu compte des avantages des nouvelles modalités d’urbanisation.

5Si Cerda signe en quelque sorte l’acte de naissance de l’urbanisme, il n’inaugure pas le vaste chantier de la planification et de la réorganisation de la ville. La reconstruction de Lisbonne, à la suite du raz-de-marée, du grand tremblement de terre et de l’incendie qui ont entièrement détruit la ville en 1755, en aura constitué, de ce point de vue, un formidable banc d’essai. Le chantier était de taille, puisque la ville n’était plus qu’un amas de ruines dans lesquelles étaient restés ensevelis plusieurs dizaines de milliers d’habitants.

6Faisant fi de la condamnation morale dont la population décimée, les autorités et les Portugais dans leur ensemble sont victimes – la destruction est assimilée par plusieurs à une punition divine –, le marquis de Pombal prend les choses en main. Il lance des enquêteurs sur le terrain pour connaître le rayonnement du séisme, il commande des recherches pour que soit développé un nouveau type de structure architecturale, susceptible de résister à un éventuel cataclysme, et il réorganise le paysage urbain en fonction des avancées du temps en matière d’hygiène, de circulation et d’infrastructures. Mais il n’est pas seul à poser un regard nouveau sur la ville.

7Un peu partout à travers l’Europe, des philosophes et des scientifiques s’intéressent à cette catastrophe, dont Rousseau et Voltaire. Quelques années auparavant, ce dernier s’était désolé du triste sort qui était réservé à Paris en ces termes : « Quoi ! Ne sera-ce jamais qu’à la dernière extrémité [la ruine consécutive au grand incendie de Londres] que nous ferons quelque chose de grand ? Si la moitié de Paris était brûlée, nous la rebâtirions superbe et commode […]. » Mais les réflexions inspirées par le malheur de Lisbonne l’inciteront plutôt à tourner en dérision les éternels optimistes qui s’en remettent à la bonté divine. Le conte Candide aura en quelque sorte été un legs de cet épisode sombre de l’histoire urbaine européenne. Quant à Rousseau, il s’étonnera qu’on se surprenne de l’ampleur de la catastrophe qu’il attribue, pour partie, à l’entassement de la population. En faisant valoir les avantages de la dispersion des habitants sur de vastes superficies, il anticipait d’une certaine manière le courant pastoral états-unien, qui constituera un des principaux fondements philosophiques de la banlieue pavillonnaire du xixe siècle et de l’étalement urbain de la seconde moitié du xxe. Le projet urbain n’était désormais plus subordonné aux seules considérations esthétiques relevant de l’architecte. Il était devenu projet de société, fut-il dicté par le prince et imposé par la nature.

8Le baron Haussmann, préfet de Paris de 1853 à 1870, sera responsable d’une nouvelle avancée. Il présidera en effet à une réorganisation du Paris intra muros dont les résultats sont toujours visibles et qui aura un rayonnement à travers toute l’Europe. Alors que le marquis de Pombal s’attaque à une ville morte, Haussmann œuvre dans le vif. Il doit s’allier à la bourgeoisie, mettre sur pied des services techniques de relevés et d’estimation de la valeur des immeubles, dédommager les propriétaires expropriés et fixer les lignes directrices de la reconstruction consécutive au dégagement de certains édifices anciens (Notre-Dame de Paris) et à la réalisation de grandes percées articulées aux principaux monuments de la capitale, dont l’Opéra. Mais il redéfinit également l’espace public, qui n’est plus confiné aux places héritées du Moyen Âge et de la Renaissance. Inspiré des cours et des esplanades réalisés depuis la fi n du xviiie siècle à la suite de l’arasement de nombreuses fortifications urbaines désuètes, l’aménagement du boulevard et de l’avenue leur confère le statut d’espace de représentation et de sociabilité bourgeoises.

9Haussmann soumet la reconstruction de la ville à une vision d’ensemble reposant pour une bonne part sur le savoir de l’ingénieur, mais aussi sur celui du paysagiste. C’est ainsi que se consolide un urbanisme qui tient à la fois de la science et de l’art. Mais de telles interventions dépendent d’une autorité politique volontariste qui peut tabler sur d’importants moyens juridiques, financiers et techniques. Elles ne peuvent pour cela être étendues à la totalité des villes existantes. Les problèmes urbains restent, pour l’essentiel, entiers, en particulier dans les milieux où sont confinées les populations les plus démunies.

10Plusieurs observateurs de la deuxième moitié du xixe siècle ont d’ailleurs tracé un portrait peu élogieux du sort réservé aux prolétariats urbains. La publication, en 1844, de l’ouvrage The Condition of the Working-Class in England du théoricien socialiste Friedrich Engels aura été, en raison de sa notoriété, un moment inaugural. D’autres l’auront cependant précédé sur ce terrain, dont Louis René Villermé, médecin statisticien, démographe et hygiéniste parisien, qui publia, en 1840, un rapport d’enquête intitulé Le tableau de l’état physique et moral des ouvriers dans les fabriques de coton, de laine et de soie. Quarante ans plus tard, le graveur Gustave Doré posait un regard extrêmement sévère sur la misère londonienne, ses rendus des quartiers pauvres contrastant avec ceux de la richesse des beaux quartiers. Le désespoir de l’artiste et de l’auteur du texte qui accompagne l’iconographie était tel qu’ils proposaient, en conclusion de l’ouvrage, le profil d’une ville que ses contradictions auraient menée à la ruine. La vue était commentée en ces termes : « Oui, des voyageurs partis des lointains rivages de la Nouvelle-Zélande, ou de quelque autre terre inconnue, iront s’asseoir et rêver, au bord de la Tamise déserte, sur les ruines de ces palais et de ces temples, dont nous avons essayé de dépeindre les splendeurs. […] Malgré la force de son colossal empire, l’Angleterre subira, elle aussi, l’inéluctable destinée. »

11Au Canada, les travaux de la Commission royale d’enquête sur les relations entre le capital et le travail (1886-1889) montraient que la situation n’était guère plus reluisante quatre décennies plus tard, ce que confirmera, pour Montréal, l’ouvrage The City Below the Hill. A Sociological Study écrit par H.B. Ames en 1896. Toutes les descriptions de la condition ouvrière de l’époque révélaient à quel point le prix humain du progrès matériel et de la réussite économique des classes dominantes était exorbitant.

12Préoccupé par la chose, l’Anglais Ebenezer Howard élabore, à la toute fin du xixe siècle, le concept de Garden City, traduit par cité jardin. Il s’agit moins, comme on le croit habituellement aujourd’hui, de construire des quartiers abondamment plantés, mais plutôt de créer, dans la campagne périmétropolitaine, des petites villes autonomes de quelque 30 000 habitants dans le but de désengorger les grandes villes et d’offrir un cadre de vie de qualité. La cité jardin n’est donc pas la banlieue résidentielle qu’on a associée au concept dans la seconde moitié du xxe siècle, puisqu’elle comporte, outre la totalité des services de proximité requis, des espaces de production industrielle, destinés à fournir du travail à une part significative des résidants, et qu’elle s’articule à une proche campagne qui les nourrit et où ils peuvent se récréer. Construite à partir de 1903, Letchworth inaugura, au nord de Londres, un mode d’urbanisation qui aura un rayonnement international et qui semble conserver toute sa pertinence, alors que les métropoles ne cessent de croître.

13En revanche, le mouvement progressiste qui émerge au début du xxe siècle ne voit pas dans ce mode d’urbanisation une solution acceptable au problème de l’encombrement, de l’insalubrité et du dysfonctionnement des villes. Pour les chantres de ce qui deviendra le mouvement fonctionnaliste, et dont Le Corbusier sera le plus ardent propagandiste, la ville traditionnelle ne répond tout simplement plus aux exigences de la vie en société en ce siècle machiniste. Il faut imposer un remède plus radical. Le défi de la reconstruction des centres historiques détruits au cours de la Première Guerre mondiale semble pouvoir constituer le banc d’essai souhaité par les urbanistes et les architectes progressistes. Il faudra toutefois attendre les reconstructions consécutives à la Seconde Guerre mondiale et le lancement des chantiers de rénovation urbaine un peu partout en Occident pour voir émerger tours et barres résidentielles au milieu d’emplacements cernés de voies strictement dévolues à la circulation véhiculaire et donnant accès à des aires monofonctionnelles réservées à l’industrie et au commerce. Cet urbanisme radical sera contesté dès les années 1970, tant en raison de l’échec du concept des grands ensembles, où étaient parquées des populations trop nombreuses et souvent démunies, que de la montée d’une préoccupation pour la sauvegarde d’un patrimoine urbain sévèrement éprouvé par les démolitions massives.

14Auteure du célèbre ouvrage The Death and Life of Great American Cities, paru en 1969 et traduit sous le titre Déclin et survie des grandes villes américaines en 1991, Jane Jacobs s’imposera comme la principale porte-parole de la contestation du mouvement fonctionnaliste de ce côté-ci de l’Atlantique. Elle contribuera à la revalorisation de la ville traditionnelle et à la naissance d’un urbanisme plus viable, plus vivable et plus socialement acceptable. Mais ce combat pour la reconnaissance des qualités de la ville traditionnelle sera mené concurremment à une expansion urbaine que rien n’a été en mesure de contenir. Cette expansion, qualifiée depuis quelques décennies d’étalement urbain, avait été anticipée dès la fin du xixe siècle par le poète belge Émile Verhaeren qui publiait, en 1895, un recueil intitulé Les villes tentaculaires, dans lequel il dénonçait l’envahissement désordonné des campagnes par les nouveaux périmètres d’urbanisation. Quelques années plus tard, l’Écossais Patrick Geddes nommait du terme conurbation les vastes continuums urbains qui se formaient par l’imbrication des marges extérieures de villes distendues par l’addition de périphéries de plus en plus lointaines.

15Si les termes ville, faubourg et banlieue avaient longtemps suffi à nommer une réalité bien circonscrite qui n’accaparait qu’une proportion limitée des territoires et qu’on opposait à la campagne, il n’en sera plus de même au fur et à mesure de l’avancée dans le xxe siècle. Il serait trop fastidieux de proposer ici une définition des nombreux termes façonnés par divers observateurs pour tenter de dire une réalité urbaine de plus en plus complexe. L’énumération – non exhaustive – de ces néologismes, accompagnée de leur date de création, suffira à évoquer cette complexité. À la ville tentaculaire (1895) et à la conurbation (1915) déjà signalées devaient s’ajouter en rafale, à compter du début des années 1960, les expressions ville émergente (1961), ville-région (1962), mégalopole (1964), villégiaturbanisation (v. 1965), périurbanisation (1967), exurbanisation (1967), rurbanisation (1976), technoburb (1987), ville diffuse (1990), ville globale (1991), Edge City (1991), métapole (1995), mégacité (1996), entre-ville (2001) et Edgeless City (2003).

16De nos jours, l’urbaniste est appelé à intervenir sur l’ensemble des échelles constitutives de l’agglomération, du voisinage terreau de la construction identitaire et du NIMBY (Not In My Back Yard) à la région métropolitaine structurée par une multitude de réseaux matériels et immatériels, en passant par la campagne paradisiaque des nouveaux ruraux qui y transposent leur culture urbaine et par la vaste friche intraurbaine engendrée par la désindustrialisation. En Amérique du Nord, le nouvel urbanisme, influencé par la petite ville et les beaux quartiers du début du xxe siècle et corrélé au concept de villages urbains, le mouvement du Transit Oriented Development (aménagements axés sur le transport public) et le concept du Smarth Growth – traduit indistinctement par croissance intelligente, ingénieuse, raisonnée – ont significativement marqué la pratique des urbanistes au cours des deux dernières décennies. En Europe, régénération urbaine, renouvellement urbain et grands projets ont formé le canevas de référence de vastes opérations destinées à soutenir les populations en difficulté, à donner une nouvelle vocation aux friches urbaines et à les réaménager, et à mobiliser la nouvelle économie.

17Un peu partout ailleurs sur la planète, l’urbaniste est plutôt confronté à la croissance urbaine anarchique des pays en développement, à la multiplication des habitats précaires nés de la migration, au cours du dernier demi-siècle, de centaines de millions de ruraux, et à la montée de nouvelles contraintes, dont celles engendrées par le réchauffement climatique planétaire, la raréfaction de l’eau et la désertification, aussi bien que par l’industrialisation parfois sauvage des pays émergents.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter