Version classiqueVersion mobile

Profession traducteur

 | 
Georges L. Bastin
, 
Monique C. Cormier

Conclusion

Texte intégral

1Comme tendre à l’équilibre parfait d’une âme et d’un corps humains présente au psychologue et au médecin un défi qui tient parfois de l’impossible, ainsi rendre à la perfection un écrit dans une autre langue que celle dans laquelle il est rédigé relève-t-il pour le traducteur de l’idéal. On peut rêver d’une pilule magique comme d’une machine à traduire, mais on sait bien que ni l’une ni l’autre ne viendront à bout de la complexité de l’être humain communiquant, sujet par nature changeant et imaginatif. Cela dit, la traduction, comme toute communication, s’étend du simple au plus complexe et elle revêt ses caractéristiques propres selon les âges de l’humanité et les conditions dans lesquelles elle s’exerce.

2Plusieurs voies peuvent mener à la traduction. De grands érudits y parviennent par eux-mêmes avec succès. Sous leur plume, une fois traduites, de grandes œuvres littéraires, par exemple, peuvent même connaître un succès supérieur à l’édition en langue originale et être primées par des organismes de renom. Des jeunes peuvent aussi aspirer à la traduction et vouloir en faire leur gagne-pain, en profitant des programmes de formation de plus en plus perfectionnés qui se présentent à eux. Au Québec, en particulier, la présence durable du français et de l’anglais, deux langues mondialisées, fait que le besoin de traducteurs ne faiblit pas. D’exercice de dilettante, la traduction est désormais devenue une profession reconnue par l’État. Tout est mis en œuvre par les universités et l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec pour que le traducteur profite d’une formation et d’un encadrement utiles.

3Comme les grandes activités humaines qui deviennent la passion de toute une vie, la traduction donne plusieurs satisfactions à qui l’exerce : celles de comprendre les autres et d’être utile dans la société ne sont pas les moindres. N’est-elle pas celle qui permet aux individus d’avoir accès à une information rédigée dans une langue qu’il maîtrise plus ou moins ou pas du tout et aux collectivités de faire l’objet d’un traitement équitable ? Mais la plus grande satisfaction vient généralement du plaisir qu’il y a à travailler la matière même des langues vivantes et, à travers les subtilités ou les tours de langage, à arriver à toucher presque le génie de chacune.

4La traduction a des propriétés élastiques. On a beau s’éloigner de sa propre langue pour en pénétrer une autre, on revient toujours à la sienne ; prendre un bain culturel étranger, on revient toujours à sa culture originale, mais jamais dans le même état qu’auparavant. À la compréhension de l’autre que procure la traduction s’ajoutent la distance d’avec sa propre langue et sa propre culture et donc une plus grande compréhension de soi. Mieux que personne, le traducteur saisit que la perfection du génie langagier n’est le propre d’aucune langue et d’aucune culture en particulier. Le traducteur travaille au respect de l’autre dans ce qu’il a de plus précieux, sa pensée et l’expression de celle-ci. La diversité langagière et culturelle est consubstantielle à l’activité de traduction.

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search