Version classiqueVersion mobile

Profession traducteur

 | 
Georges L. Bastin
, 
Monique C. Cormier

4. La profession

Texte intégral

1Si la traduction se pratique depuis longtemps au Canada et au Québec, on s’entend pour dire que c’est l’adoption, en 1969, au Canada, de la Loi sur les langues officielles, puis, en 1977, au Québec, de la Charte de la langue française, qui a véritablement permis à la traduction de prendre son envol, de se structurer, d’évoluer et d’acquérir la réputation d’excellence qu’on lui connaît. Ces deux lois continuent de favoriser une demande importante de traduction dans les combinaisons anglais-français et français-anglais.

Les compétences nécessaires

2Mais quelles compétences faut-il avoir pour traduire? Une vaste étude sur l’industrie canadienne de la traduction, entreprise à la fin des années 1990, a mis en lumière les qualités recherchées par les employeurs. D’abord, un traducteur doit posséder une excellente compréhension de la langue de départ et de solides qualités rédactionnelles dans la langue d’arrivée. Le traducteur travaille en effet généralement vers sa langue maternelle. Ainsi, un traducteur de langue maternelle française traduit vers le français, à partir d’une langue étrangère. Ensuite, le traducteur doit posséder une large culture et faire preuve d’une grande curiosité intellectuelle. Il doit en outre pouvoir travailler en équipe. Parmi les qualités personnelles recherchées, signalons la polyvalence, la disponibilité, la motivation, le jugement, l’efficacité et la souplesse. À ces qualités, on peut certainement ajouter le souci du détail et une rigueur professionnelle constante. Enfin, de plus en plus, on souhaite que le traducteur maîtrise une troisième langue, qu’il maîtrise également un domaine de spécialité et puisse travailler dans d’autres, et qu’il utilise aisément les outils informatiques. Plusieurs employeurs notent en effet qu’à leur sortie de l’université certains diplômés ont du mal à s’adapter aux réalités du marché du travail et que leur culture générale laisse parfois à désirer. Ils constatent aussi que, pour la plupart, ils n’ont pas développé de spécialisation particulière. Enfin, beaucoup leur reprochent de ne pas maîtriser suffisamment les outils informatiques.

Les modes d’exercice et de tarification

3Où exerce-t-on la profession de traducteur, quels en sont les différents modes d’exercice et quels sont les secteurs d’emploi parmi les plus dynamiques?

4La mondialisation, par son effet d’ouverture sur tous les marchés, a donné une impulsion majeure à la traduction, dont la demande connaît une forte croissance, qui ne semble pas vouloir s’essouffler. Certains secteurs connaissent un dynamisme particulier : la traduction de sites Web, la traduction de textes techniques et la localisation. Parmi les domaines où l’on prévoit une hausse de l’activité, signalons l’aérospatiale, les transports, les services aux entreprises, l’industrie pharmaceutique, les télécommunications, les services financiers et les technologies de l’information.

5Au Canada, les possibilités de travail pour le traducteur sont nombreuses et variées. Il peut travailler dans des organismes nationaux et internationaux, dans l’Administration fédérale, les Administrations provinciales et territoriales, dans le secteur privé, qu’il s’agisse de grandes entreprises ou de cabinets de traduction, ou encore pour son propre compte, c’est-à-dire comme travailleur autonome. Dans ce cas, ses donneurs d’ouvrage peuvent être multiples, allant de l’organisme national ou international jusqu’au particulier.

6Avec plus de mille traducteurs à son service, le Bureau de la traduction du gouvernement du Canada constitue le plus important employeur de traducteurs du pays, et le volume de traductions qu’il traite correspond à plus de trente-cinq pour cent de l’ensemble de la demande canadienne. Si les grandes entreprises ont longtemps offert des possibilités d’emploi attrayantes aux traducteurs, la situation économique des années 1980 a provoqué un revirement et a obligé plusieurs entreprises à recourir à l’impartition des services linguistiques pour traiter l’ensemble de leurs besoins de traduction. Un certain nombre de cabinets ont alors vu le jour et de nombreux traducteurs sont devenus travailleurs autonomes. À l’approche des années 2000, on estimait qu’il existait au Canada plus de 800 cabinets de traduction, surtout au Québec et en Ontario, et environ 4500 travailleurs autonomes.

7Les cabinets et les travailleurs autonomes ne répondent pas aux mêmes besoins. En effet, les premiers sont souvent appelés à traiter d’importants volumes de traduction en très peu de temps, et leurs clients, notamment au Québec, sont généralement de grandes entreprises. Quant aux travailleurs autonomes, si les délais d’exécution avec lesquels ils doivent composer sont parfois aussi serrés, ils traitent généralement des volumes plus modestes, et leurs clients se retrouvent autant parmi les entreprises que parmi les cabinets. Qu’ils soient travailleurs autonomes ou salariés, les traducteurs sont de plus en plus appelés à s’associer pour de grands projets qui ne peuvent être menés à bien sans une gestion rigoureuse et une collaboration étroite entre tous les membres de l’équipe de travail.

8Les modes de tarification ont évolué avec la diversification des pratiques de traduction. Si, pendant longtemps, les traducteurs ont eu recours à la facturation au mot, plusieurs modes s’offrent maintenant à eux en fonction de la nature des travaux accomplis. C’est ainsi que l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec a inventorié cinq modes de tarification : le tarif au mot, le tarif horaire, le tarif hybride, le tarif forfaitaire et les redevances. Chacun possède ses caractéristiques propres, dont voici les principales.

9Le tarif au mot est certainement le plus connu et le plus utilisé au Canada. Ce mode de tarification se fonde sur le fait que, plutôt que le nombre de pages, c’est le nombre de mots du texte de départ qui donne la meilleure idée de sa longueur et donc du temps à consacrer à sa traduction. Par convention entre les parties, l’unité de tarification devient alors le mot, abstraction faite de la facilité ou de la difficulté du texte, mais celles-ci, en revanche, justifient parfaitement le traducteur d’appliquer des grilles de tarification différentes selon le cas. C’est un mode de tarification simple, car il permet au client de connaître à l’avance le coût d’une traduction. Bien sûr, ce tarif peut tenir compte de l’exécution de tâches connexes, comme la correction d’épreuves, ou de l’utilisation d’outils spécialisés, comme les mémoires de traduction.

10Le tarif horaire, appliqué en fonction du nombre d’heures consacrées à un texte, est très répandu dans les professions libérales. Certains traducteurs ayant la confiance de leurs clients l’appliquent systématiquement, y compris pour les textes généraux. Avec l’expérience, ils en arrivent à évaluer avec une précision satisfaisante le temps qu’exigera la traduction d’un document. Il faut reconnaître qu’un slogan publicitaire de quelques mots, un acte officiel ou une liste de termes techniques exigeant parfois une recherche terminologique poussée demandent au traducteur un temps bien supérieur à celui que nécessite un texte général. Le tarif horaire convient alors parfaitement, comme il s’applique également le plus souvent aux travaux de rédaction et de révision.

11On aura déjà compris de ce qui précède qu’il est souvent demandé au traducteur plus qu’une simple traduction. C’est lui qu’on juge le mieux placé pour s’assurer que les tâches connexes à son travail ou qui touchent la finition d’un travail sont bien exécutées. Cela peut aller de la présence à des réunions à la mise en page définitive dans un logiciel particulier, comme PageMaker, Power Point ou le logiciel de conception d’un site Web. Au besoin, le traducteur fera appel à un sous-traitant. Dans tous ces cas complexes, le tarif hybride, qui utilise à la fois le tarif au mot et le tarif horaire, s’impose. Il importe alors de bien déterminer toutes les tâches à effectuer et de les scinder en deux blocs distincts et détaillés pour chacun des deux modes.

12Le tarif forfaitaire, soit l’établissement d’un seul prix pour la tâche à effectuer, est aussi utilisé. Parce qu’il s’est engagé sur un prix précis accepté par le client, le traducteur a intérêt à faire l’évaluation la plus juste possible de l’effort que lui demandera le texte.

13Lorsqu’un texte enfin se prête au partage de droits d’auteur, comme dans le cas de la traduction d’un ouvrage ou d’un slogan, des redevances peuvent alors remplacer les honoraires. Des avantages d’ordre fiscal y seraient également attachés.

L’encadrement de la profession

14La traduction au Canada est reconnue pour avoir des normes de qualité de haut niveau. Cela s’explique certainement en partie par le fait que les traducteurs, à l’échelle du pays, se sont dotés d’un réseau complet de structures professionnelles qui régissent les accréditations. Ainsi, ce sont huit associations, représentant les traducteurs de huit provinces (Alberta, Colombie-Britannique, Manitoba, Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse, Ontario, Québec et Saskatchewan), qui assurent à cette industrie les normes de qualité qu’on lui connaît. Ces associations ont signé une entente de réciprocité qui permet la reconnaissance et le transfert de l’agrément d’un lieu d’accréditation à l’autre, facilitant ainsi la mobilité des traducteurs. Celles-ci sont membres du Conseil des traducteurs, terminologues et interprètes du Canada (CTTIC), organisme national dont la mission est d’établir et de maintenir des normes, notamment dans le domaine de la traduction. Comme organisme national, le CTTIC est lui-même membre de la Fédération internationale des traducteurs (FIT), qui regroupe plus de cent associations réparties dans une cinquantaine de pays. La FIT a notamment pour objectif de promouvoir le professionnalisme parmi ses membres. Elle joue enfin un rôle conseil auprès de l’Unesco.

15La traduction est une profession réglementée dans quatre provinces canadiennes, soit le Nouveau-Brunswick, l’Ontario, le Québec et la Colombie-Britannique. Une profession réglementée est encadrée par des lois le plus souvent provinciales et elle est régie par une association ou un ordre professionnel, qui a le pouvoir de déterminer les critères d’accès et les normes d’exercice, d’évaluer les qualifications et les diplômes des candidats, de délivrer le titre réservé ou le permis d’exercice aux candidats qui répondent aux exigences et enfin de surveiller les membres de la profession.

16Au Québec, c’est l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ) qui a reçu le mandat de l’État d’encadrer la pratique professionnelle des traducteurs. L’article 23 du Code des professions, loi cadre qui régit l’ensemble du système professionnel québécois, prévoit que « chaque ordre a pour principale fonction d’assurer la protection du public ». La notion de protection du public est capitale. Elle repose en effet sur les risques de préjudice que peut comporter l’exercice de certaines activités pour l’intégrité d’une personne ainsi que pour la confidentialité et la vie privée. Dans le cas de la traduction, on peut facilement imaginer, par exemple, les préjudices que pourraient subir des personnes qui utiliseraient le mode d’emploi d’une bouteille de plongée ou encore la monographie d’un médicament comportant des erreurs de traduction. Une clause d’un contrat mal traduite pourrait aussi porter gravement à conséquence. Dans tous les cas, les mauvaises traductions pourraient porter préjudice à quelqu’un. Les personnes lésées pourraient alors avoir recours à la justice pour obtenir réparation.

17Les traducteurs qui exercent au Québec ne sont pas tenus d’adhérer à l’OTTIAQ pour pratiquer. Toutefois, seuls ceux et celles qui en sont membres peuvent porter le titre de « traducteur agréé » ou de « traductrice agréée » (abrégé en « trad. a. »). Ce titre réservé permet au public de s’assurer qu’il a affaire à un professionnel compétent et intègre. La compétence et l’intégrité sont en effet à la base du système professionnel, puisqu’on estime qu’elles peuvent prévenir les préjudices. Par ailleurs, de plus en plus d’employeurs ou donneurs d’ouvrage exigent des traducteurs à qui ils confient des travaux qu’ils soient membres de l’Ordre ou d’une association professionnelle reconnue. C’est ainsi que le Bureau de la traduction exige que tous les traducteurs inscrits à son répertoire de pigistes soient des traducteurs agréés.

18Mais qu’est-ce qui distingue le traducteur agréé de celui qui ne l’est pas? Le traducteur agréé est un professionnel, au sens juridique du terme, puisque la profession qu’il exerce est réglementée par le Code des professions du Québec. Comme professionnel, il fait partie des quelque 347 000 membres regroupés au sein des 46 ordres professionnels sous l’égide du Conseil interprofessionnel du Québec, organisme conseil « qui agit comme forum d’échange et intervient comme voix collective des ordres » auprès du gouvernement. Qu’il soit traducteur, avocat, architecte, comptable ou médecin, le professionnel accepte que l’Ordre auquel il appartient contrôle l’exercice de sa profession, aussi bien lors de son admission que tout au long de sa carrière, en vue d’assurer la protection du public. Il accepte donc de se soumettre à un code de déontologie, qui comprend les règles de conduite auxquelles il doit se conformer à l’endroit du public, de ses clients et des membres de sa profession. Il accepte également qu’il puisse faire l’objet d’une inspection professionnelle ou d’une enquête particulière sur sa compétence. De son côté, l’Ordre s’acquitte de sa mission de protéger le public en contrôlant le titre de traducteur agréé, en s’assurant de la compétence et de l’intégrité de ses membres, que ce soit au moment de leur admission à l’Ordre ou tout au long de leur vie professionnelle, et en réprimant ou en punissant les infractions aux règlements de l’Ordre ou au Code des professions.

19La reconnaissance de l’activité traductionnelle par l’État est un signe éclatant de son utilité et de son importance dans la société. Son exercice par des personnes de mieux en mieux formées témoigne de l’attrait de cette profession qui, bien que très ancienne, demeure une profession d’avenir. Mais, par-dessus tout, c’est une profession qui épanouit celui ou celle qui l’exerce, car, pour aider les autres à communiquer, il faut d’abord les comprendre.

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search