Version classiqueVersion mobile

Profession traducteur

 | 
Georges L. Bastin
, 
Monique C. Cormier

3. Formation et recherche

Texte intégral

1Le temps est révolu où, en attendant de trouver mieux, on se lançait sans tambour ni trompette sur le marché de la traduction. D’une part, les besoins de la société mondialisée sont tels que les dilettantes, même lorsqu’ils se révèlent d’assez bons traducteurs, ne suffisent plus. De l’autre, le niveau de spécialisation et la concurrence sont tels que ceux qui s’improvisent se voient très vite rejetés. La voie obligatoire qui mène à la profession est donc, comme pour toute autre profession, la formation.

Formation

2Les formations en traduction dans le monde sont nombreuses. Nées pendant la Seconde Guerre mondiale et surtout à la fin de celle-ci, c’est-à-dire avec l’essor des relations internationales modernes, les écoles de traduction ont poussé comme des champignons. Il n’existe que peu d’exemples attestés de formation dans l’histoire. Les célèbres « écoles » de Bagdad et de Tolède n’en étaient pas ! En revanche, on forme des traducteurs et des interprètes depuis très longtemps. Les explorateurs Christophe Colomb et Jacques Cartier, pour n’en nommer que deux, ont très vite compris qu’ils auraient besoin de truchements, d’intermédiaires linguistiques, pour traiter avec les populations locales. C’est ainsi qu’ils ont capturé des autochtones, les ont ramenés en métropole — Madrid ou Paris — pour les familiariser avec la langue du roi. Mais il ne s’agissait en fait que de bains linguistiques occasionnels.

3Les écoles comme nous les connaissons naissent d’abord en Europe ; c’est celle de Genève qui, la première, voit le jour en 1941, mais elles se multiplient rapidement dans le monde entier. Elles apparaissent pour la plupart dans le giron universitaire, bien que les premières n’en possédaient pas toujours le statut. Les formations universitaires en traduction se donnent dans deux types de programme : le premier et le deuxième cycle. Au premier cycle, selon les pays, la traduction mène à l’obtention d’un baccalauréat ou d’une licence, soit des études d’une durée de trois ou quatre années. Celles appartenant au deuxième cycle correspondent à des diplômes d’études supérieures spécialisées ou à des maîtrises d’une durée d’environ deux années ; ces dernières sont de plus en plus nombreuses pour la simple et bonne raison qu’elles permettent l’intégration de titulaires de baccalauréat ou de licence dans d’autres disciplines désireux de réorienter leur carrière professionnelle. Avant d’aller plus loin, disons encore qu’il existe de plus en plus de programmes de maîtrise, de diplôme d’études approfondies et de doctorat de traduction, orientés vers la recherche.

4Les écoles se distinguent par leur renommée, la place de leurs diplômés sur le marché, la variété des spécialisations ou des langues offertes. On ne se pose plus la question de savoir si une personne bilingue est naturellement appelée à devenir traducteur ; le marché prouve que ce n’est pas le cas. Par contre, on s’interroge sur la combinaison linguistique. En Europe, les interprètes de carrière possèdent depuis plusieurs années une combinaison de trois langues étrangères en plus de leur langue maternelle. Les traducteurs n’en sont pas encore là, mais tous les diplômes européens sanctionnent des compétences en au moins deux langues étrangères. Le Canada, en raison d’un marché captif encore très alléchant, se contente toujours des deux langues officielles, l’anglais et le français, mais pour combien de temps ? L’espagnol est d’ores et déjà un impératif pour nombre d’organismes gouvernementaux et d’entreprises privées, comme d’ailleurs aux États-Unis ; le chinois est une langue avec laquelle il faut de plus en plus compter dans l’ouest du pays. On le voit, le choix des langues de travail relève avant tout du marché dans lequel le traducteur compte évoluer.

5On s’interroge également sur la pertinence de la spécialisation. Les écoles doivent-elles former des traducteurs spécialisés ou des spécialistes en traduction ? La question n’est pas innocente et mérite que l’on s’y arrête. S’il est vrai qu’un ingénieur est le plus à même de comprendre et d’expliquer des textes portant sur le génie, il n’applique généralement ses connaissances qu’au sujet, qu’à la thématique du document. Rappelons que le traducteur doit, pour saisir de tels textes, fournir des efforts de recherche documentaire considérables. L’ingénieur, le médecin ou l’avocat, tout compétent qu’il est dans son domaine, peut être dépourvu de sensibilité linguistique, de moyens d’expression rigoureux dans sa langue maternelle et parfois de connaissances linguistiques dans la langue étrangère, ce qui constitue un handicap sérieux pour l’exercice de la traduction. En outre, sans formation spécifique en traduction, il ne maîtrise pratiquement jamais la méthode ni les techniques de transfert linguistique des connaissances. Le choix des écoles consiste par conséquent, d’une part, à recruter parmi les experts les candidats susceptibles d’acquérir rapidement des compétences d’expression écrite en langue maternelle et de pratique de la traduction, et, d’autre part, à donner aux personnes formées à la traduction générale pendant un premier cycle les outils nécessaires à l’acquisition des connaissances expertes indispensables à la traduction en langues de spécialité.

6Autre interrogation en matière de pédagogie de la traduction : la méthode. L’enseignement de la traduction devient de moins en moins empirique. La méthode par objectifs d’apprentissage, introduite par Jean Delisle en 1980 et largement suivie depuis non seulement au Canada, mais ailleurs dans le monde, a contribué à systématiser et surtout à raisonner l’enseignement de la traduction. Les objectifs d’apprentissage décrivent l’intention visée par une activité pédagogique et indiquent les changements durables de comportement chez un étudiant, comme l’expliquait Jean Delisle en 2003. Aujourd’hui apparaissent d’autres approches telles que celles par problèmes, par projet et par compétences. L’apprentissage par problèmes consiste à soumettre à l’étudiant des problèmes qui pourraient se poser dans sa vie professionnelle afin de développer son autonomie le plus possible. L’approche par projet, fondée sur le travail d’équipe, vise l’intégration et l’application d’un ensemble de connaissances à la réalisation d’un projet. Enfin, l’approche par compétences n’est pas une méthode pédagogique en soi, mais plutôt une façon de concevoir des programmes dans lesquels les objectifs pédagogiques sont déterminés en fonction des compétences nécessaires pour exercer une profession. La conception constructiviste de l’enseignement y est pour beaucoup dans ces façons de faire. Quelle que soit l’approche retenue, le noyau dur de cours obligatoires d’un programme universitaire de traduction professionnelle qui se respecte comprend les suivants : perfectionnement de la langue maternelle et des langues étrangères, et méthodologie et pratique de la traduction générale et spécialisée.

7Le perfectionnement visera à fournir ou à peaufiner les compétences de compréhension et d’expression, à extirper ces interférences et maladresses d’écriture que tous nous commettons dans nos communications courantes, mais que le traducteur, parce qu’il en a pris conscience, ne commet plus.

8La méthodologie et la pratique de la traduction serviront à donner un savoir-faire, des règles, des principes et des techniques propres aux traducteurs. Le futur traducteur apprendra à étoffer et économiser, à organiser et structurer, à choisir et écarter des énoncés et des idées.

9À ce noyau dur viennent se greffer d’autres cours, notamment de terminologie, de révision, de langues de spécialité, d’acquisition de connaissances spécialisées, de maîtrise des principaux outils d’aide à la traduction et, finalement, de théorie. La formation en traduction est un voyage au tréfonds des langues, des cultures et des savoirs. Un voyage aussi vers l’Autre, l’étranger dont on fait connaître la culture et le savoir. Un voyage finalement vers Soi, où l’on apprend à se découvrir dans ce qui est peut-être le plus intime, sa langue et sa culture.

10Il convient de préciser qu’une formation universitaire est généralement insuffisante pour faire un « bon » traducteur. La formation doit nécessairement inclure un contact étroit avec la réalité professionnelle. C’est pourquoi les bons programmes comprennent des stages en milieu professionnel. Les meilleurs offrent ce que les Canadiens connaissent comme la filière « coop » (coopérative), ou la formation en alternance, soit un baccalauréat avec trois trimestres complets en entreprise. À défaut de stages, le futur traducteur devra veiller à son auto-formation, qui servira de complément à sa formation initiale. S’il vise l’excellence, il travaillera seul les compétences qu’il utilisera durant toute sa carrière : la lecture et l’écriture. Il lira avec un double but : perfectionner la maîtrise de sa langue maternelle et celle des langues étrangères, mais aussi enrichir son bagage de connaissances générales et spécialisées. Parmi ces connaissances, les culturelles sont difficiles à définir, mais leur importance n’en est pas moindre. L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) définit la culture comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. Vaste entreprise, dès lors, que de prétendre connaître une culture. En fait, c’est l’affaire d’une vie ! Mais restons réalistes et soulignons l’intérêt de cette définition pour le langagier qu’est le traducteur. La langue est le fer de lance de la culture. Il suffit pour s’en rendre compte d’observer, à l’échelle mondiale, les communautés linguistiques qui revendiquent leur autonomie culturelle et parfois politique. C’est cet aspect de la culture, la langue, qui retiendra plus particulièrement l’attention du futur traducteur soucieux de s’autoformer. Il s’arrêtera à l’aspect linguistique des traits spirituels, matériels, intellectuels et affectifs des sociétés et des groupes dont il traduira les textes.

11Notons qu’aucun traducteur qui se respecte n’interrompt jamais ce processus d’autoformation. Nous aimons dire à nos étudiants, dès le premier cours, qu’ils vont devenir des « obsédés textuels », qu’ils vont lire comme personne d’autre ne lit, qu’ils vont décortiquer les textes et s’interroger sur les moindres nuances de l’expression verbale. Au risque de devenir insupportables dans leur cercle familial et amical !

Recherche

12Une discipline qui se confine à sa pratique stagne. Il lui faut la recherche pour progresser. Et de quoi s’occupent les chercheurs ? Que comprend la traductologie, terme créé par Brian Harris en 1974 pour désigner la réflexion à propos de la traduction dans son acception la plus vaste ? Qu’est-ce que la théorie en traduction ? En réponse à cette question, on entend parfois la boutade suivante : la théorie de la traduction est ce que les traducteurs les plus compétents savent sans savoir qu’ils le savent. Néanmoins, brossons rapidement un panorama de la théorie de la traduction pour voir de quoi se sont occupés les chercheurs et quels sont les enjeux actuels de la recherche.

13Au cours des cinquante dernières années, avec l’essor de la traductologie, l’objet de la réflexion sur la traduction est passé, progressivement et schématiquement, du texte au traducteur. Dans les années 1950, la traduction était une branche de la linguistique appliquée. L’approche était quasi exclusivement linguistique chez Jean-Paul Vinay, Jean Darbelnet, Roman Jakobson, Georges Mounin, John Cunnison Catford, Eugene Nida et Charles Taber. L’objet d’étude des chercheurs était le texte. Leur objectif était la modélisation d’un transfert interlinguistique. Leur environnement (milieu) était le message ou le sens. Leur outil d’analyse était l’équivalence linguistique, dont il existe tant de définitions et de catégories qu’elle est devenue aujourd’hui un concept inopérant. Il s’agissait d’une analyse essentiellement objective dans laquelle n’intervenaient ni l’auteur, ni le destinataire, encore moins le traducteur. Celui-ci était, ou plutôt devait être, invisible.

14L’avènement de la théorie de la communication et surtout de la linguistique textuelle dans les années 1970, notamment l’analyse du discours dans ses moutures française, anglaise et allemande, a poussé des auteurs comme Danica Seleskovitch, Marianne Lederer, Peter Newmark, Basil Hatim et Ian Mason, ainsi que Jean Delisle à remettre en question la linguistique structurale limitée au mot et à la phrase. Ces chercheurs ont adopté la communication comme leitmotiv. Leur objet d’étude était l’effet causé sur le destinataire, ou l’efficacité de la communication. Leur objectif était la modélisation de la communication interlinguistique. Leur environnement était la fonction de la communication. Leur outil d’analyse était l’équivalence communicationnelle. En effet, il s’agissait encore de juger la traduction selon sa supposée fidélité à l’effet recherché par le texte original. Certains auteurs fonctionnalistes, principalement Christiane Nord, accordaient une importance croissante aux différents acteurs du processus, dont le traducteur. L’équivalence demeure l’aune à laquelle les traductions sont évaluées. Au cours de cette deuxième période, l’analyse devient moins objective et le traducteur, plus présent.

15À partir des années 1990, cette évolution prend un tournant radical. La traductologie s’affirme en tant que discipline autonome ; des programmes de maîtrise et de doctorat voient le jour un peu partout dans les universités ; congrès et publications se multiplient. Reconnaissant le caractère interdisciplinaire de leur champ d’investigation, les traductologues scrutent l’horizon humaniste à la recherche de nouvelles approches. Des études empiriques sont menées auprès d’étudiants et de professionnels (les think aloud protocols) afin de pénétrer la « boîte noire » des traducteurs et ainsi de mieux déterminer leurs stratégies. On étudie les marchés éditoriaux pour mesurer les volumes de traduction et en inférer des politiques dominantes. On observe les mouvements socioculturels comme le féminisme et le postcolonialisme. On scrute l’histoire pour réapprendre certains fondements. On découvre la déconstruction ; on revient à la traduction de la lettre. Bref, on redécouvre l’Autre et, surtout, on accorde au traducteur la place d’honneur dans l’étude de la traduction et de son processus. L’objet d’étude des traductologues est donc devenu principalement le traducteur. Leur objectif est la modélisation de l’intervention et de la création du traducteur. Leur environnement est la liberté du traducteur. Leur outil d’analyse est l’altérité. L’analyse est devenue subjective et le traducteur affiche maintenant sa visibilité.

16Nous pourrions schématiser de la manière suivante les trois grands objets de la réflexion traductologique, ses objectifs, son milieu et ses outils :

Tableau 1. Évolution de la réflexion traductologique

17Beaucoup reste cependant à faire, sans compter que les recherches empiriques demeurent rares et que la littérature occupe encore une place prédominante dans les travaux savants, alors que la traduction littéraire — plus prestigieuse sans doute — ne représente qu’un faible pourcentage du volume de traduction dans le monde (c’est pourquoi il en est peu question dans le présent ouvrage). Depuis plusieurs années, la traduction dans divers domaines de spécialité fait l’objet de recherches : le droit, la médecine, les techniques, la publicité, entre autres. De nouveaux champs sont venus s’ajouter, notamment la traduction audiovisuelle (le sous-titrage et le doublage) et la localisation, soit la traduction d’énoncés entrant dans des documents électroniques (logiciels, écrans de programmes, sites Web, etc.). Il ne faut pas oublier les très nombreuses recherches consacrées au traitement automatique de la langue : celui-ci touche directement la traduction, en ce qu’il offre au traducteur des outils aujourd’hui indispensables, comme le traitement de texte, les correcteurs orthographiques et grammaticaux, qui sont bien connus, mais aussi les concordanciers, les mémoires de traduction et les bitextes.

18Les concordanciers sont des logiciels qui permettent l’interrogation de bases de données textuelles dans le but d’obtenir des renseignements sur l’usage d’un mot ou de plusieurs mots en contexte. On peut grâce à eux rechercher dans un corpus les occurrences d’un ou de plusieurs mots en vue d’en connaître la fréquence, la cooccurrence lexicale ou la combinatoire syntaxique. Les mémoires de traduction, elles, sont des bases de données qui contiennent des segments ou des phrases de textes et leur traduction, ainsi qu’un programme de gestion. Elles permettent de comparer des segments ou des phrases de textes à traduire avec des segments ou des phrases de textes qui ont déjà été traduits. Lorsque le logiciel a en mémoire un ou plusieurs segments, une ou plusieurs phrases identiques ou semblables à ceux ou celles du texte à traduire, il les propose au traducteur pour que celui-ci les réinsère dans le texte en cours de traduction. Dans la base de données, ces phrases ne suivent toutefois pas l’ordre qu’elles avaient dans les textes. Quant aux bitextes, ce sont des corpus bilingues, c’est-à-dire qu’ils sont formés de textes en langue originale et de leur traduction, et ils sont produits à partir d’un logiciel appelé aligneur. À la différence des mémoires de traduction, l’ordre des phrases ou des paragraphes est respecté, ce qui permet une consultation plein texte que n’offrent pas les mémoires de traduction.

19La traductologie fait désormais partie intégrante des sciences humaines, au même titre que la philosophie, par exemple, et elle fait de plus en plus l’objet de recherches interdisciplinaires aux côtés de disciplines comme la littérature comparée, l’histoire, l’ethnographie, les sciences politiques, les études culturelles et l’informatique. Bref, un monde à découvrir.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. Évolution de la réflexion traductologique
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search