Version classiqueVersion mobile

Profession traducteur

 | 
Georges L. Bastin
, 
Monique C. Cormier

2. Que fait un traducteur ou une traductrice ?

Texte intégral

1Les stéréotypes ne manquent pas lorsque l’on parle du traducteur. Tantôt solitaire et bourru, tantôt rêveur et un peu fou, son personnage évoque cependant toujours le travail de l’esprit. Bien qu’il soit souvent effacé et malgré le caractère parfois répétitif de ses interventions, les outils qu’il utilise (logiciels, banques de données, dictionnaires, etc.) et la mécanicité apparente de son activité, il est rarement perçu comme un technicien, un répétiteur. Certes, les gens se disent fréquemment qu’il n’y a rien de sorcier à faire passer un texte de l’anglais au français quand on est montréalais, ou du français à l’espagnol lorsqu’on a séjourné quelques mois en Amérique centrale. Une telle perception trahit une vue bien étroite de la profession. En dépit donc de certaines idées reçues et de critiques lancées à la légère, le traducteur fait avant tout figure d’intellectuel.

2Et pour cause ! S’il y a une chose qu’il mobilise dans son travail, c’est bien sa matière grise. En quoi au juste ce travail consiste-t-il ? Le traducteur lit, réfléchit et écrit. Simple, mais compliqué à la fois ! D’autant que ces trois opérations ne sont pas successives, mais intimement imbriquées l’une dans l’autre et les unes dans les autres.

Lire et relire

3Le traducteur lit, non parce qu’il en a envie, mais parce qu’il le doit. Et il lit ce qu’on lui donne, ou ce qu’il a accepté de lire. Le traducteur ne choisit pas toujours les textes qu’il traduit… Nombreux sont ceux et celles qui se voient dans l’obligation de lire des choses qu’ils ne souhaitent pas lire, mais ils doivent pourtant s’astreindre à cet exercice. Le traducteur est peut-être le seul travailleur intellectuel à lire autant et à lire des choses aussi différentes, compte tenu de ses domaines de spécialisation. Le matin, un contrat d’exclusivité pour un produit de beauté, le midi, le compte rendu d’une réunion de syndicalistes, et l’après-midi, question de se changer les idées, le protocole d’une expérience médicale. Il lit donc, mais pas comme n’importe quel lecteur. Comme tout le monde, il s’intéresse au fond, à ce que veulent dire les textes. Il essaie de comprendre les conditions imposées par le fabricant au représentant exclusif du rouge à lèvres ; il cherche à savoir pourquoi tant de circonspection dans les énoncés du cahier de revendications du syndicat en question ; et il se demande pourquoi l’auteur de l’expérience médicale ne parle que de lui alors qu’il a une équipe de plus de dix chercheurs qui collaborent à ses expérimentations. Il n’est pas facile de sauter des cosmétiques aux conditions d’expérimentation d’un virus sur de petites souris blanches, en faisant un détour par les droits des travailleurs. Il faut, pour ce faire, une formidable capacité d’adaptation aux choses du savoir, une immense curiosité pour les événements nouveaux comme pour les anciens, une grande résistance à l’ennui et une fine sensibilité aux nuances. Le défi majeur du traducteur, c’est que, le plus souvent, il traduit des documents écrits par des spécialistes, par des experts, bref par des gens qui parlent de leur spécialité. Comme on dit souvent, il écoute aux portes un dialogue entre initiés.

4Notons que nous ne parlons que du contenu de ce que lit le traducteur ; il nous faut encore voir la forme de ce qu’il est appelé à lire pour traduire. Cette forme est présente dans l’ensemble du texte, mais également dans les unités plus petites qui le composent. Le traducteur doit d’abord appréhender le texte dans son ensemble. Il s’en fera une bonne idée en évaluant la situation dans laquelle s’insère le texte. Qui écrit, même si le texte est anonyme ? Qui est susceptible de le lire, même si les destinataires ne sont pas nommés ? Où et quand a-t-il été écrit ? Sera-t-il lu une fois traduit ? Ensuite, il examinera ce que l’on appelle le paratexte, soit le support et le genre du texte : article de revue, chapitre de livre, rapport institutionnel, descriptif de vente, contrat ou autre texte de nature juridique, publicité, guide de l’usager ou manuel pédagogique, etc. Il tiendra notamment compte des illustrations, comme les photos, les tableaux, les figures et les schémas, des titres et sous-titres, ainsi que du format.

5Le traducteur devra surtout comprendre le texte, c’est-à-dire découvrir le cheminement mental et discursif du rédacteur ou de l’auteur : ses raisonnements, ses non-dits, ses redondances, ses insinuations. Voilà un effort que peu de lecteurs fournissent, puisque la lecture des textes pragmatiques se limite le plus souvent à la saisie de l’information. Il s’arrêtera bien sûr à la phraséologie, aux expressions et aux termes employés. C’est là qu’il découvrira les nuances de sens. Sa lecture sera raisonnée, contrairement à celle des personnes bilingues qui ne s’interrogent généralement pas sur ces aspects de la langue. En plus des structures, expressions et mots de la langue courante, qu’il maîtrise généralement sans trop d’efforts, il lui faut décoder le jargon des spécialistes, soit la terminologie et la phraséologie d’une langue de spécialité, que ce soit celle du droit, de l’ingénierie ou de la médecine. En effet, tout traducteur ne peut pas traduire indifféremment un contrat, un manuel aéronautique et une notice de médicament. En outre, la langue cache une réalité dont le traducteur doit tenir compte : la réalité des experts ou des auteurs. Il se verra obligé de se rapprocher d’eux, de leurs interlocuteurs, de leur domaine, de leur documentation, voire de leur bureau ou de leur usine. Il ne cherchera pas à devenir expert, ni à imiter les experts, car on ne s’improvise pas électronicien ni comptable — tout comme d’ailleurs on ne s’improvise pas traducteur ! Non, mais il va tâcher de les comprendre, de les suivre dans leur pensée, leurs explications et leurs descriptions. Il ne sera jamais chirurgien, mais il sera capable de suivre et de redire les étapes d’une opération.

6Lire, c’est donc pénétrer dans le monde des autres pour en saisir les tenants et les aboutissants, fond et forme confondus.

Réfléchir

7Le traducteur s’émeut aussi quand il lit. Il réagit tout d’abord à la forme, à la langue qu’il juge froide, neutre ou soignée. Langue de bois, langue technique ou langue passionnée : il en tiendra compte et tâchera de la reproduire du mieux qu’il le peut. Le traducteur, qui ne s’assimile jamais à une machine, réagit également au contenu du texte qu’il doit traduire. Il lui faudra savoir prendre ses distances par rapport à lui-même, à ses réactions parfois intimes. Il peut s’enthousiasmer pour la position de l’auteur, ne pas être d’accord avec ce qu’il lit, en être étonné, attristé, voire choqué. Il peut aussi rester complètement indifférent. Cette émotion, ou absence d’émotion, est importante, car elle permet au traducteur de s’immiscer dans le texte, de le saisir dans toutes ses nuances, mais elle peut aussi lui jouer des tours. Au fil des pages, il portera donc un regard extérieur sur ce qu’il sent, comprend et ressent. En fait, il raisonnera sa lecture. Il fera la synthèse de son analyse du contenu et de la forme, sur les plans macro- et microtextuels. Sa démarche sera celle d’un scientifique et non d’un simple décodeur, d’un producteur d’informations et non celle d’un simple consommateur.

8Pour ce faire, une fois les mots et les phrases linguistiquement décodés, opération facilitée par les nombreux outils langagiers disponibles, le traducteur tâchera de les décoder fonctionnellement, c’est- à-dire selon leur acception unique sous la plume de cet auteur dans ce texte et selon toutes les autres composantes du processus courant de communication. C’est ainsi qu’il se posera de nouveau les questions classiques : qui écrit ? pour qui ? pourquoi ? où ? quand ? et comment ? Ce n’est que muni des réponses à ces questions, certaines faciles à trouver et d’autres beaucoup moins, qu’il pourra se dire qu’il a compris. Il y a une part linguistique évidente dans ce processus, mais il ne faudrait pas négliger l’apport cognitif sans lequel le traducteur ferait figure de perroquet.

9Le traducteur mène sa réflexion en même temps que sa lecture, ou plutôt parallèlement. Il peut certes décider d’effectuer une première lecture, dite de consommation, pour apprivoiser le texte. Malheureusement, celle-ci n’est pas toujours possible ; soyons réalistes. Sur le marché du travail, les délais, souvent très courts, imposés pour la traduction — parfois très longue — empêchent fréquemment le traducteur de s’offrir le luxe d’une première lecture complète. Souvent, il mènera de front l’opération de lecture et celle de réflexion.

10Cette dernière tire d’abord parti des acquis du traducteur. Son éducation, son expérience de vie et sa formation lui ont donné un bagage de connaissances et d’aptitudes qu’il ne faut pas dédaigner. Ce bagage ira bien sûr s’élargissant au fil de l’exercice de sa profession et de sa vie de tous les jours, mais il importe de veiller à l’augmenter d’une manière systématique. Ce sera l’autoformation du traducteur. Une fois conscient de son bagage, le traducteur réalisera, selon les textes et leur thématique, combien celui-ci est souvent insuffisant. L’opération de réflexion se poursuivra alors afin de combler les lacunes. Non seulement il cherchera à se rapprocher, comme nous l’avons dit, des auteurs, des experts, mais il s’appropriera leur façon de s’exprimer, leur langue. Il entamera alors deux types de recherche : thématique et terminologique.

11Thématique parce qu’il ne maîtrise généralement pas le thème, le sujet ou la discipline comme un expert. Cette connaissance experte, il lui faut l’acquérir, ne fût-ce que le temps de traduire le texte. Il ne faut toutefois pas croire qu’il oublie tout une fois la traduction remise au client. Au contraire, le traducteur se transforme petit à petit en encyclopédie ambulante. À moins qu’il ne se cantonne, sa vie professionnelle durant, à un seul et même type de texte, et qu’il devienne hyperspécialisé, ce qui est assez rare, il touchera à de multiples champs du savoir et en retirera une immense satisfaction. En attendant, chaque texte se présente comme un nouveau défi pour lequel une recherche thématique plus ou moins profonde s’impose. Pour ce faire, il consultera les sites Web, les encyclopédies, les essais, monographies, manuels ou catalogues susceptibles de lui apporter les connaissances manquantes : des concepts, des processus, des procédures, des procédés, qu’il pourra ensuite reproduire. Cette reproduction exige naturellement des outils, en l’occurrence la langue d’arrivée, langue maternelle ou d’expression naturelle du traducteur. Cette langue, il est clair qu’il la maîtrise, même si cette dernière est loin d’être parfaite chez tous les traducteurs. Il manque toutefois au traducteur devant faire face à une connaissance experte les mots pour la dire, la terminologie appropriée, la phraséologie adéquate. Celle-ci fera l’objet de la deuxième recherche que tout traducteur mène avant de se lancer dans l’écriture ou parfois parallèlement à celle-ci : la recherche terminologique. Toute source d’information ne sera pas bonne à prendre ; le traducteur utilisera d’abord son bon sens, les rudiments de terminologie qu’il aura acquis durant sa formation afin de sélectionner les documents et outils fiables, c’est-à-dire propres au domaine étudié d’abord et ensuite représentatifs du bon usage du milieu professionnel correspondant. Reste une source documentaire non encore mentionnée bien que vitale pour la recherche tant thématique que terminologique : les experts eux-mêmes. Tout traducteur qui se respecte s’entoure d’un réseau de spécialistes, à qui il sait pouvoir s’adresser et qu’il a secrètement évalués pour s’assurer de leur fiabilité.

Écrire et réécrire

12Le traducteur est producteur d’information. Il n’est ni greffier, ni copiste, ni répétiteur, ni transcripteur. C’est avant tout un rédacteur. En 1980, Jean Delisle écrivait en exergue de son désormais célèbre manuel d’enseignement de la traduction : « La traduction est l’art de la réexpression fondé sur des techniques de rédaction. » Il est urgent d’en finir avec les stéréotypes du traducteur mécanicien qui substitue des vis millimétrées aux vis en pouces. Voyons plutôt d’abord en quoi consiste cet art de la réexpression, pour nous pencher ensuite sur celui de l’expression.

13Après avoir lu et réfléchi, le traducteur écrit. Toutefois, chez les traducteurs chevronnés, ces trois étapes se fondent fréquemment en une seule et même démarche. Mais qu’entend-on par « il écrit » ? Exprimer par écrit, évidemment ! En l’occurrence, plutôt réexprimer, puisque le matériau de l’écriture du traducteur n’est pas sa propre inspiration, mais bien celle d’un texte préexistant, l’original. Le traducteur commencera à écrire en suivant du regard l’original, ses mots et sa structure. Il pourra, en diverses occasions, construire ses phrases selon le moule étranger qu’il a sous les yeux. Du moins, cela arrive entre langues qui possèdent de nombreux traits lexicaux et syntaxiques communs. On appelle cette opération la « traduction mot à mot », puisque le traducteur, par un choix conscient, décide de donner aux mots et aux structures de l’original un autre accent ; il se limite à changer la langue, comme un mannequin de vitrine dont on change les vêtements selon la saison. Encore faut-il que les vêtements aient été coupés pour ce mannequin. C’est généralement le cas à l’écrit ; par contre, cela ne l’est pas en matière de communication verbale. Non seulement les mots et les structures syntaxiques diffèrent grandement, mais l’usage que les locuteurs en font est propre à chacun d’eux. Si cela est vrai dans une même langue, ce l’est à plus forte raison entre des langues différentes. C’est pourquoi le traducteur imprimera à son écriture, à ses mots et à ses structures, bref à sa traduction, un usage déterminé qu’il choisira, l’usage qui correspond à la consigne que le donneur d’ouvrage lui aura fournie. Cette consigne comprend généralement une série d’instructions, qui varient selon le sérieux du donneur d’ouvrage. On y parlera notamment des destinataires du texte traduit, du format de ce dernier, du délai de remise du travail, des conditions financières. Idéalement les consignes devraient indiquer au traducteur une documentation à laquelle il pourra se référer : un document préalable du même auteur ou de la même entreprise, un document comportant le même langage spécialisé, des informations diverses, telles que vocabulaires, illustrations et schémas, permettant de bien saisir la nature de l’original et l’usage qui sera fait de la traduction. On peut aussi lui fournir les références de personnes-ressources pouvant servir d’experts, et bien d’autres dans les meilleurs cas. La consigne vise à obtenir un texte fonctionnellement adéquat à ses usagers. L’écriture du traducteur cherchera donc elle aussi à atteindre soit le même but que l’original, soit celui précisément décrit par les instructions du donneur d’ouvrage.

14L’écriture n’est pas pour autant transparente. Il serait faux de croire qu’on peut faire abstraction totale de son style personnel, de son bagage linguistique et intellectuel, de son expérience de vie. En effet, le traducteur laisse, qu’il le veuille ou non, son empreinte dans le texte. On hésite souvent à reconnaître cette vérité. Et pourtant, elle est bien réelle. Le traducteur veillera néanmoins à ne pas confondre l’usage avec son propre usage.

15Le traducteur rédacteur peut ainsi, en certaines occasions assez rares, traduire mot à mot la langue de l’original, mais, la plupart du temps, il lui faudra réexprimer ce qu’il aura compris après lecture et mûre réflexion. Facile à dire, mais malaisé à concrétiser. Lorsque Nicolas Boileau a affirmé que « [c]e qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément », il parlait pour lui ! Rien de moins facile pour quiconque tente l’expérience que de jeter sur papier les mots qui rendront élégamment et fonctionnellement une idée, un message, un raisonnement, une démonstration.

16Des deux grandes étapes du processus de traduction, la compréhension et la réexpression, la seconde est sans nul doute la plus ardue. La première consiste en fin de compte à faire la synthèse mentale du linguistique et du cognitif. Pour comprendre, on part d’un matériau tangible qu’il est permis de décortiquer à loisir en faisant toutes les consultations de rigueur des outils de référence comme des experts en chair et en os. Pour réexprimer, quel est le matériau de départ ? Une idée, un concept, une image mentale, un sentiment… Comment s’en empare-t-on pour l’habiller verbalement ? Bien malin celui qui pourra répondre à cette question ! Ce que l’on connaît, ce sont les qualités d’une bonne et belle écriture. Au traducteur, on demande les deux, même si l’on ne s’attend pas à trouver de la grande littérature dans les traductions pragmatiques.

17À première vue, l’écriture du traducteur ne diffère guère de la rédaction dans son acception générale. Elle en comporte les mêmes grandes qualités, soit la clarté, la logique et la concision. Ce qui la rend différente, c’est qu’elle est réexpression, c’est-à-dire qu’elle est intimement liée à une réalisation linguistique originale préexistante dans une autre langue. Une telle association, absente chez le rédacteur unilingue, engendre de nombreux réflexes d’imitation, maladie connue chez les traducteurs sous le nom d’« interférence ». L’écrit original, constamment sous les yeux du traducteur, exerce en effet une influence pernicieuse sur l’écriture de celui-ci, en dépit des efforts conscients et consciencieux qu’il déploie pour résister à cette emprise des formes de l’original.

18L’un des dangers qui guettent le traducteur est l’interférence linguistique, l’emploi de faux amis, voire de barbarismes, sous l’influence étrangère. Appelées communément anglicismes, gallicismes, hispanismes, etc., selon la langue, les interférences linguistiques sont des maladresses de rédaction et donc des fautes de traduction qui consistent à employer dans la langue d’arrivée des mots ou des tournures propres à la langue de départ. Ces interférences se manifestent sur les plans lexical — celui des mots — et syntaxique — celui de l’organisation des mots. Le contact des langues (l’anglais et le français au Canada, le français et le néerlandais en Belgique, le français, l’allemand et l’italien en Suisse, ou encore une langue nationale et une ou plusieurs langues locales) fait que les locuteurs, les rédacteurs et, par conséquent, les traducteurs emploient spontanément des mots étrangers traduits littéralement (actuellement pour actually) ou attribuent à un mot français un sens anglais (pamphlet au lieu de dépliant, agenda au lieu d’ordre du jour). Parmi ces interférences, les faux amis occupent une place de choix. Par leur ressemblance morphologique, certains mots de deux langues sont en effet amis, mais la différence de signification fausse ce lien. C’est le cas en français et en anglais — sévère et severe, définitivement et definitely ou definitively, compléter et to complete — et en français et en espagnol — carte et carta ou compromis et compromiso. La langue étrangère est également à l’origine de barbarismes, c’est-à-dire ici de mots forgés involontairement, comme optimistique pour optimiste ou transportation pour transport.

19Les interférences se manifestent aussi dans la syntaxe d’une manière plus insidieuse. Les exemples sont nombreux. Au lieu de *Ouvert de 5 à 7 P.M., il faut écrire Ouvert de 17 h à 19 h. Si nous disons *les dernières vingt années au lieu de les vingt dernières années, c’est une interférence de l’anglais et une faute de français. Le traducteur ne peut traduire la phrase Two soldiers and their interpreter were killed when a bomb hit their vehicle par *Deux soldats et leur interprète ont été tués quand une bombe a touché leur véhicule, mais plutôt par Deux soldats et leur interprète ont été tués par une bombe qui a touché leur véhicule ou L’explosion d’une bombe a entraîné la mort de deux soldats et de leur interprète dans leur véhicule. Finalement, en français on n’enlève pas ses chaussures et on entre (Take off your shoes and walk in), mais on enlève ses chaussures avant d’entrer. On pourrait ainsi multiplier les exemples, mais ce qui ressort clairement de cette courte énumération est que le traducteur a pour défi principal de résister à la forme de la langue de départ sous peine d’écorcher sa langue maternelle et de heurter ses lecteurs.

20Les expressions toutes faites, les proverbes, les métaphores et la logique même des phrases, des paragraphes et des textes tout entiers subissent malheureusement la même influence néfaste. Le traducteur veillera alors à se libérer des mots et des constructions de la langue originale. La plupart des maladresses, voire des erreurs de rédaction, auront pour source directe ou indirecte la présence du texte étranger. Une vigilance extrême s’exercera sur la cohésion de chaque phrase et de chaque paragraphe : sur les déictiques, ces mots qui articulent l’énoncé à la situation d’énonciation, c’est-à-dire qui renvoient à d’autres mots dans le texte — les pronoms et adjectifs possessifs et démonstratifs, et les pronoms personnels et relatifs —, ou qui renvoient à une réalité de la situation de communication, tels les adverbes de temps et de lieu. Les langues faisant un usage parfois très différent de ces mots particuliers, il convient à nouveau d’échapper à l’influence des usages étrangers.

21Une autre source de difficulté de rédaction réside dans la cohérence et surtout la logique des textes. Si l’on compare un texte à une construction, la cohérence est la structure sur laquelle il repose. Sans elle, l’édifice s’écroule tôt ou tard. Ainsi le ton ironique, officiel, enfantin ou pédagogique d’un texte sera uniforme : les métaphores, ces images mentales, seront plausibles, et les clichés, ces métaphores mortes parce que usées par un emploi trop répandu, évités, de même que les répétitions inutiles ; le réseau lexical, soit l’ensemble du vocabulaire employé, sera adapté au sujet traité, spécialisé ou non, et aux destinataires ; et les rapports de coordination et de subordination, judicieusement choisis. Le texte doit « se tenir », dit-on.

22La logique, quant à elle, constitue une autre vertu de la rédaction professionnelle. La logique d’un texte tient davantage à son contenu qu’à sa forme. On évitera évidemment les contradictions : l’oubli d’une négation est mortel, tout comme la confusion entre droite et gauche ! La logique se manifeste aussi par un choix approprié des temps des verbes. Les charnières sont les marques les plus visibles de la logique. Ce sont elles qui établissent les rapports logiques entre les idées. Et que de difficultés elles représentent pour le traducteur ! Que de nuances entre la concession, l’opposition et la restriction ! Le passage d’une langue à une autre, le fait de réexprimer les idées d’autrui font de la rédaction le principal défi à relever pour un traducteur.

23Finalement, et ce n’est pas là la moindre contrainte, le texte se caractérisera par sa concision. L’ignorance de ce que les traducteurs appellent le « mot juste » fait que l’on paraphrase trop souvent. L’abus de propositions subordonnées et d’incises rend la lecture malaisée. Les phrases s’en trouvent considérablement alourdies, le travail du lecteur plus ardu et, en fin de compte, la communication, but ultime de la traduction professionnelle, imparfaite.

24On comprend dès lors que la traduction ne s’improvise pas. Le traducteur travaille méthodiquement. Non qu’il existe une méthode universelle appliquée par tous, loin s’en faut. Mais il y a méthode. Entre la réception du texte et la livraison de sa traduction au client, le traducteur s’organise. Il lira d’abord le texte ou le survolera pour s’en faire une idée globale relativement précise. Certains pourront décider ensuite de se lancer dans l’écriture tout en faisant les recherches documentaires et terminologiques pertinentes. D’autres préféreront résoudre d’abord les principales difficultés de compréhension par une recherche thématique, et de réexpression spécialisée par une recherche terminologique, pour ensuite se consacrer à l’écriture. Certains rédigeront un premier jet qu’ils peaufineront ensuite ; d’autres choisiront de rédiger un texte définitif. Tous, en tout cas, se feront réviser ou s’autoréviseront.

25Somme toute, il faut, et c’est là la véritable prouesse qu’accomplissent les traducteurs, arriver à traduire la langue — soit les éléments linguistiques —, la parole — soit ces mêmes éléments mis en situation de communication, toujours unique — et enfin le sens — soit la synthèse des deux autres.

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search