Version classiqueVersion mobile

Social-démocratie 2.1

 | 
Stéphane Paquin

Chapitre 18. Les lesbiennes et les gais dans les pays nordiques et au Québec : quelle égalité ?

Manon Tremblay et Valérie Lapointe

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les pays nordiques (le Danemark1, la Finlande, l’Islande, la Norvège et la Suède) et le Québec ont la réputation d’être accueillants envers les personnes LGBT (lesbiennes, gaies, bisexuelles et Trans*2). Et, sans aucun doute, le sont-ils ! Règle générale, l’égalité devant la loi leur est (presque) acquise, que ce soit en matière de protection contre la discrimination, de reconnaissance des unions ou encore des expressions publiques des cultures LGBT. Cela dit, l’égalité dans les faits, elle, n’est pas pleinement acquise. Par exemple, le matériel pornographique destiné aux personnes LGBT génère toujours plus de suspicion de la part des autorités étatiques (Auger, Krug et al., 2013 : 64-65 ; Rydström, 2004), le suicide (y compris les idéations suicidaires et les tentatives de suicide) est bien plus élevé chez les jeunes lesbiennes et gais (Arnarsson et al., 2015 ; Montoro et al., 2015) – particulièrement chez ces derniers pour qui l’homosexualité semble un facteur davantage significat...

Auteurs

Professeure titulaire à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa. Ses recherches portent sur les femmes et la politique et, plus récemment, sur le mouvement des lesbiennes, gais, bisexuels, transsexuels et transgenres au Canada, mais aussi ailleurs dans le monde. Elle a abondamment publié sur ces sujets depuis le début de sa carrière universitaire, que ce soit par le truchement de livres ou de revues universitaires.

Détient une maîtrise en sciences politiques de l’Université du Québec à Montréal. Elle est maintenant candidate au doctorat en sciences politiques de l’Université d’Ottawa, sa thèse porte sur les interactions entre les partis politiques et le mouvement des lesbiennes, gais, bisexuel/le/s et trans* (LGBT) au Canada. En juin 2015, elle a été élue comme membre du conseil d’administration du Conseil québécois LGBT, une fonction qu’elle occupe toujours.

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search