Version classiqueVersion mobile

Social-démocratie 2.1

 | 
Stéphane Paquin

Chapitre 16. Investissement social et politiques publiques : le cas des politiques familiales suédoises

Jean-Patrick Brady et Stéphane Paquin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis bientôt 20 ans, le Québec subit plusieurs changements dans le domaine des politiques familiales1. L’adoption de politiques publiques comme l’assurance parentale et l’implantation d’un système de garderies publiques sont parmi les plus importantes dans ce domaine. Devant ces nouvelles façons de faire, certains en sont venus à se demander si le Québec n’était pas devenu le paradis des familles (Godbout et St-Cerny, 2008).

De leur côté, les pays scandinaves sont reconnus comme étant des modèles de référence lorsqu’il est question du lien entre investissement social2 et politiques publiques. Dès les années 1930, la Suède a mis en place une approche unique en ce qui concerne les politiques sociales (Morel, 2013). La vision sous-entendant ces politiques considère que l’État ne dépense pas ces sommes, mais qu’il les investit. Ce choix permet de concilier efficacité économique et équité sociale. Cette conception des politiques sociales est maintenant un discours très populaire en Euro...

Auteurs

Doctorant à l’École nationale d’administration publique (ENAP). Il possède une maîtrise et un baccalauréat en politique appliquée de l’Université de Sherbrooke. Boursier du Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture, il est aussi chercheur boursier à la Chaire de recherche du Canada en économie politique internationale et comparée et boursier de l’Observatoire de l’administration publique à l’ENAP. Ses travaux de recherche portent sur les groupes de pression et les mouvements sociaux. Plus précisément, sa thèse analyse les mécanismes de concertation entre l’État, les syndicats et le patronat au Québec et en Suède.

Professeur à l’École nationale d’administration publique (ENAP) où il est le titulaire de la Chaire de recherche du Canada en économie politique internationale et comparée (CREPIC). Il a publié neuf livres, dont Les théories de l’économie politique internationale (Paris, Presses de Science Po, 2013), International Policy and Politics in Canada (Toronto, Pearson Canada, 2010), avec Kim Richard Nossal et Stéphane Roussel et La nouvelle économie politique internationale. Théories et enjeux (Paris, Armand Colin, 2008). Il a codirigé dix livres, dont Analyse des politiques publiques, avec Guy Lachapelle et Luc Bernier (Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2011). Il a également publié une centaine d’articles dans plusieurs revues scientifiques comme l’International Journal, le Canadian Foreign Policy Review, The Hague Journal of Diplomacy, Études internationales, Nationalism and Ethnic Politics, la Revue canadienne de science politique, la Revue canadienne d’administration publique, ainsi que la Revue internationale de politique comparée.

© Presses de l’Université de Montréal, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search