Version classiqueVersion mobile

Profession traducteur

 | 
Georges L. Bastin
, 
Monique C. Cormier

1. Un peu d’histoire

Texte intégral

1La parole ayant précédé l’écriture, qui apparaît entre le quatrième et le troisième millénaire avant Jésus-Christ, on a bien sûr interprété oralement avant de traduire par écrit. Parmi les premières preuves de traduction avant notre ère figure la pierre de Rosette (196 av. J.-C.), qui présente un même texte en trois écritures : grecque, hiéroglyphique et démotique. Cinq cents ans plus tard, Jérôme allait donner ses lettres de noblesse à l’activité qui lui a valu de devenir le saint patron des traducteurs.

2L’exercice de la traduction varie selon les circonstances qui y président. En effet, traduire la poésie orale de contestation des femmes bédouines du Sahara pour une maison d’édition occidentale ou la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 pour les révolutionnaires hispano-américains ressemble très peu à traduire les écrans de téléphones cellulaires ou à sous-titrer un épisode de la série des Simpson pour sa diffusion sur une chaîne de télévision française.

3L’histoire de la traduction, qui a mis au jour une part considérable mais non exhaustive du rôle joué par les traducteurs dans l’évolution du monde, révèle une multiplicité de circonstances et, par conséquent, de modes de traduction. Parmi ces circonstances, il faut entendre d’abord le traducteur, son contexte sociohistorique, ses motivations, ses objectifs, ses limites et ses commanditaires éventuels. Ensuite, les textes, leur fonction originale, leurs destinataires, leur époque, leur nature littéraire, religieuse, scientifique, technique ou juridique. Tout cela a donné aux traducteurs de multiples visages, mais surtout leur a fait jouer un rôle dans l’histoire de l’humanité — rôle qui, malgré tout, reste généralement dans l’ombre encore aujourd’hui. Pensons aux traducteurs inventeurs d’alphabets, bâtisseurs de langues nationales, artisans de littératures nationales, diffuseurs de connaissances, acteurs sur la scène du pouvoir, propagateurs des religions, importateurs de valeurs culturelles et rédacteurs de dictionnaires, comme en témoigne la table des matières de l’ouvrage de Jean Delisle et Judith Woodsworth (2007).

Image

Saint Jérôme dans son étude, circa 1435
Jan van Eyck
Achat de la ville de Détroit
Photographie © 1984 The Detroit Institute of Arts

4Il faut ainsi savoir qu’en 322 avant notre ère, les langagiers d’Alexandrie faisaient le pont entre l’Europe, le Moyen-Orient et l’Inde ; que vers 400, dans le sud de l’Iran actuel, les grands textes de la Grèce antique de même que des traités de médecine indiens et chinois étaient traduits ; que grâce aux célèbres « écoles » de Bagdad (ixe siècle) et de Tolède (xiie-xiiie siècle) les précieux manuscrits grecs et syriaques ont transité en arabe pour ensuite être latinisés et finalement versés dans les langues vernaculaires de l’Occident au Moyen Âge et à la Renaissance.

5Les qualificatifs pour caractériser la traduction commencent à manquer aux historiens. On parle de traduction infidèle : à l’occasion de la rencontre fatidique entre l’Inca Atahualpa et le conquistador Francisco Pizarro, c’est l’interprétation par Felipillo de la demande des Espagnols qui serait à l’origine de la capture et de l’exécution de l’Inca. Obligée : dans les années 1860, l’un des Pères fondateurs de la Confédération canadienne força l’avocat Eugène-Philippe Dorion à traduire l’expression Dominion of Canada par la prétentieuse « Puissance du Canada ». Subversive : des traductions ont dupé, condamné et sapé les régimes totalitaires de Mussolini en Italie, de Franco en Espagne, ou de l’ex-URSS. Dans ce dernier cas, des auteurs traducteurs tels que Boris Pasternak (Shakespeare, Goethe et Verlaine), Anna Akhmatova (Victor Hugo) et Samuel Marchak (Shakespeare, William Blake, Robert Burns et Heinrich Heine) ont eu recours à la traduction de poètes étrangers pour faire entendre leur propre voix. Vulgarisatrice : Martin Luther, au xvie siècle, traduit les Saintes Écritures en un allemand accessible et adapté au peuple et, par la même occasion, jette les bases d’une langue nouvelle assez proche de celle qui est parlée aujourd’hui en Allemagne. Engagée : « La Carmagnole », chanson révolutionnaire de 1789, passe de treize strophes à vingt-cinq dans la version espagnole traduite en Amérique pour fustiger les esprits indépendantistes, avec son lot de références culturelles propres, un changement radical de ton et l’introduction de concepts inédits dans l’original. Féministe : de plus en plus de traductrices, surtout depuis les années 1980, font entendre dans leurs versions une voix au féminin, remettant en question le discours traditionnel au masculin. Postcolonialiste : Gayatri Spivak s’abandonne à l’intimité contenue dans les textes indiens pour en faire ressortir l’altérité et corriger par là la perception occidentale donnée à nombre de traductions de la littérature indienne. Sélective : divers extraits d’œuvres du philosophe américain Thomas Paine, choisis et réunis en un seul volume par le traducteur Manuel García de Sena, apparaissent en 1810 à Philadelphie pour se répandre comme une traînée de poudre parmi les partisans de l’indépendance en Amérique hispanique. Appropriatrice : Hélène Cixous utilise et signe en français textes et idées de l’écrivaine brésilienne Clarice Lispector. Exotisante : les traductions minutieuses de la Genèse par Henri Meschonnic réussissent à rendre en français le rythme, l’oralité et l’étymologie de l’hébreu, bref sa signifiance. Tout cela, c’est sans compter les traductions manipulatrice, résistante, ethocentrique, etc.

6L’histoire nous pousse encore à nous recueillir devant les traducteurs martyrs ou victimes de leur travail. Pensons à Étienne Dolet, brûlé sur la place Maubert à Paris en 1546 pour avoir ajouté à l’original « tu ne seras plus » les mots « rien du tout », ajout qui, selon les censeurs, remettait en question l’immortalité de l’âme et rendait Dolet coupable d’hérésie ; à Antonio Nariño, jugé par l’Inquisition espagnole puis exilé en Espagne en 1794 pour avoir traduit et imprimé en Colombie la première Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ; plus près de nous, aux traducteurs des Versets sataniques de Salman Rushdie, notamment au traducteur japonais Hitoshi Igarashi, poignardé et tué à l’Université de Tsukuba en 1991, et au traducteur italien Ettore Capriolo, battu et poignardé à Milan en 1991.

7Les traducteurs et les textes se sont ainsi succédé, sans toutefois se ressembler. D’un point de vue plus théorique, on pourrait poser deux jalons : Babel, la tour, et Babel, la revue de la Fédération internationale des traducteurs, fondée en 1953. De Babel à Babel, la réflexion des traducteurs a principalement porté sur leurs expériences pratiques. De manière somme toute empirique, certains ont commenté leurs traductions et exposé leurs idées, comme saint Jérôme, énoncé des règles, comme Alexander Fraser Tytler et Étienne Dolet, recommandé des stratégies selon les textes, comme John Dryden et Martin Luther. Il n’en reste pas moins que, pour l’essentiel, tout était dit avant Babel, la revue. Après, la réflexion s’est faite davantage systématique et scientifique. Les théories contemporaines apparaissent, puis, à partir des années 1980, prolifèrent. Les revues spécialisées, les programmes de deuxième et de troisième cycle dans de nombreuses universités, les centres de recherche, les congrès nationaux et internationaux attestent le dynamisme de la traductologie dans le monde d’aujourd’hui.

LA TOUR DE BABEL
Et c’est toute la terre, une seule langue, des paroles unes.
Et c’est à leur départ du Levant, ils trouvent une faille en terre de Shîn‘ar et y habitent.
Ils disent, l’homme à son compagnon : « Offrons, briquetons des briques ! Flambons-les à la flambée ! »
La brique est pour eux pierre, le bitume est pour eux argile.
Ils disent : « Allons, bâtissons-nous une ville et une tour, sa tête aux ciels : faisons-nous un nom afin de ne pas être dispersés sur les faces de toute la terre. »
Image descend pour voir la ville et la tour qu’avaient bâties les fils du glébeux.
Image dit : « Voici, un seul peuple, une seule lèvre pour tous !
Cela, ils commencent à le faire. Maintenant rien n’empêchera pour eux tout ce qu’ils préméditeront de faire !
Allons, descendons et mêlons là leur langue afin que l’homme n’entende plus la lèvre de son compagnon. »
Image les disperse de là, sur les faces de toute la terre : ils cessent de bâtir la ville.
Sur quoi, il crie son nom : Babèl, oui, là, Image a mêlé la lèvre de toute la terre, et de là Image les a dispersés sur les faces de toute la terre.
« Genèse », 11, 1-9, La Bible, traduction d’André Chouraqui, 2003.

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search