Version classiqueVersion mobile

Profession traducteur

 | 
Georges L. Bastin
, 
Monique C. Cormier

Introduction

Texte intégral

1La diversité et l’évolution des langues dans le temps et dans l’espace sont à l’origine de la traduction. Dante, Cervantès et Shakespeare sont traduits en français, mais aussi en italien, en espagnol et en anglais contemporains. L’esprit humain étant universel et infiniment curieux, aussitôt l’écriture inventée, la traduction s’est imposée comme passeuse de sens. Déliée et inventive, elle suit l’écriture comme son ombre et n’a de cesse d’investir tout objet de lecture, sans égard à la difficulté. Songeons à la Vulgate de saint Jérôme (ive siècle), qui est devenue la version officielle de la Bible de l’Église catholique au concile de Trente (xvie siècle). Pensons au logiciel d’un concepteur unique, traduit de nos jours par une armée de traducteurs-localisateurs dans une dizaine de langues en vue d’un lancement simultané à l’échelle mondiale.

2La traduction ne se démode pas. Comme l’écriture qui, contre toute attente, connaît une recrudescence de popularité, notamment auprès des jeunes avec les réseaux sociaux, le courriel et le clavardage, la traduction, à la différence de nombreuses activités, loin de tomber en désuétude, voit confirmées ses lettres de noblesse. Contrairement à la rumeur qui voudrait que la traduction soit en perte de vitesse, elle figure, bien au contraire, régulièrement parmi les carrières d’avenir répertoriées par des spécialistes du recrutement tel Jobboom. Selon cet éditeur, les diplômés universitaires en traduction connaissent toujours un fort taux de placement, entre 90 et 100 pour cent. Il faut se rendre à l’évidence : à l’ère de la mondialisation, la traduction est appelée à servir de plus en plus de tampon entre, d’un côté, les effets abrasifs qu’entraîne la circulation des personnes et des capitaux et, de l’autre, le besoin de communication et le respect que méritent les individus et les nations.

3On a souvent défini la traduction comme un art. Dans la même mesure que l’écriture littéraire est un art de création, la traduction de textes littéraires l’est aussi, bien que l’on parlera alors de recréation plutôt que de création. Il est toutefois exagéré de voir dans la traduction professionnelle, essentiellement pragmatique ou non purement esthétique, un art. La traduction professionnelle appartient au secteur tertiaire de l’activité économique et, partant, peut se définir comme un service, un service de communication qui exige de celles et de ceux qui le fournissent une maîtrise langagière sans égal, une connaissance profonde des choses du monde, une rigueur d’expression implacable et une intelligence aiguë. Car n’est pas traducteur qui veut. La traduction n’est pas une activité professionnelle que l’on exerce en attendant de trouver mieux, comme on l’entend trop souvent. À l’instar de la psychologie, de la géologie ou de l’ingénierie, la traduction constitue ce « mieux » auquel aspirent les professionnels dignes de ce nom.

4Traduire, expliquait Claude Tatilon dans son ouvrage de 1986 Traduire : pour une pédagogie de la traduction, c’est se mettre au service de ses futurs lecteurs et fabriquer à leur intention un équivalent du texte de départ avec le moins de distorsion possible. Traduire, c’est aussi produire un texte duquel il convient d’exiger trois qualités : qu’il soit rendu naturellement en langue d’arrivée, qu’il soit parfaitement intégré à la culture d’arrivée et qu’il parvienne, par une adroite manipulation de l’écriture, à donner l’idée la plus juste de l’originalité et des inventions stylistiques de l’auteur traduit. Voilà qui ne s’improvise pas. Voilà qui exige d’autres compétences spécialisées que la maîtrise, de plus en plus fréquente de nos jours, de deux ou trois langues.

5Plus que jamais, on entend parler de diversité culturelle. De celle-ci, le traducteur a une connaissance à la fois intime et professionnelle. Avant de s’engager dans la traduction, il a dû acquérir une connaissance approfondie des langues qui l’intéressaient. Mais, comme l’expression du sens des mots trouve sa source dans la culture qui anime ces mots, le restant de sa vie, il devra se laisser séduire par le génie des langues et bien étudier les mœurs des peuples qui les parlent. Du coup, sans perdre son esprit critique, il acquerra une admiration et souvent même un grand amour à l’égard de la culture de ces peuples.

6Par choix personnel et professionnel, le traducteur apprend à naviguer d’un rivage culturel à l’autre. De ces rivages, il connaît les beautés et les attraits inimitables, mais de cette navigation il reconnaît aussi les écueils, les courants dangereux et les vents défavorables. Pour demeurer à flot, le traducteur développera de nombreuses qualités, dont la rigueur, la prudence et le goût du travail bien fait.

7C’est tout le sens du présent ouvrage que de présenter au lecteur les tenants et les aboutissants de la traduction, activité qui, exercée au Québec en particulier, nation de langue française au nord-est de l’Amérique, participe, au xxie siècle, du gagne-pain individuel, du respect des univers culturels et de l’ouverture sur le monde.

© Presses de l’Université de Montréal, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search